01/04/2011

Battu 25-24 par Toulouse, coup d'arrêt pour l'USAP


Résumé du match USAP vs Toulouse - avril 2011 par USAP_Communication

La première victoire du Stade Toulousain sur la pelouse d'Aimé-Giral depuis 1989 s'est jouée sur une pénalité, peut-être deux. Les deux tentatives ratées de très peu par Jérôme Porical dans les 5 dernières minutes. Aucune n'était facile. La première était à 60 mètres. La seconde à 22 en coin. A chaque fois, il a manqué très peu de chose. L'USAP s'incline 25-24 devant un très bon Stade Toulousain.


Les deux équipes ont marqué deux essais chacunes dans ce match très équilibré entre la maîtrise toulousaine et les terribles coups d'accélérateur de l'USAP.


L'USAP avait su résister à une grosse première demi-heure toulousaine. Ces derniers tenaient le ballon et menaient logiquement au score après un drop de Skrela, deux buts de Michalak et un essai de Bouilhou contre deux pénalités de PoricalL Bouilhou avait intercepté une passe au large de Laharrague mais le score de 14-6 était logique.


Peut-être est-ce la transformation ratée par Michalak de 20 mètres en face qui a changé la donne.
L'USAP s'est alors réveillée, poussant quelques rushs et, après le carton jaune de Delasau, marquait par Guirado qui concluait un coup de pied de Laharrague repais en coin par Planté.


En deuxième période, ce sont les Catalans qui débutaient le mieux après un essai de Planté parfaitement mis sur orbite par Tuilagi et Mélé. Mais Toulouse restaient dans le match et un essai en coin de Nyanga faisait la toute petite différence en faveur du Stade. Honorable, cette défaite risque cependant de coûter très cher aux Catalans dans l'optique de la qualification.

23/10/2010

L'USAP s'incline 5 essais à 2 au Stadium

tsmele.jpg

C'est une grosse défaite qui a longtemps avancé masquée. L'USAP a été battue au Stadium 38 à 29, 11 points d'écart et surtout 5 essais à 2 après avoir mené au score 13 à 3 au quart d'heure de jeu et même 22-20 en début de deuxième mi-temps. Le différentiel de réalisme entre des Catalans qui avaient su scorer à chaque incursion dans le camp adverse et le manque de précision de Skrela dans ses tentatives de coups de pied placés a entretenu une certaine illusion mais la large victoire de Toulouse est logique dans ce match hyper-spectaculaire qui a, en tout cas, montré une très belle image du rugby et des deux équipes.

Plus forts en mêlée, où visiblement ils étaient avides de revanche, et très impressionnants par leur volume de jeu, les coéquipiers d'un Byron Kelleher déchaîné ont donné le tournis à la défense catalane confirmant qu'elle était moins souveraine que la saison dernière. Delasau, Clerc, Kelleher, Servat et Poitrenaud ont marqué pour Toulouse, Mélé et Vilaseca pour Perpignan. L'USAP a fait preuve de beaucoup de culot en se lançant dans le défi du jeu mais a semblé le payer par un manque de maîtrise dans la gestion du match et de puissance dans les duels.

"Nous cherchions un match référence à l'extérieur, Toulouse aussi", a expliqué Julien Candelon au micro de Canal Plus avouant sans embage que les champions d'Europe avaient trouvé ce qu'ils cherchaient. Pas l'USAP.

22/10/2010

Marty ne sera pas à Toulouse

Mauvaise nouvelle pour l'USAP. Le centre david Marty ne sera pas du choc de samedi au Stadium. Il souffre d'un coup au genou. Côté toulousain, Albacete fait son retour en deuxième ligne aux côtés du Millo-Chluski mais Bouilhou et Lecouls sont forfaits. L'équipe alignée par Guy Novès, elle, est impressionnante à l'image de la première ligne Johnston-Servat-Poux qui sera revancharde après la demi-finale perdue en juin dernier à Montpellier.

Si la troisième ligne catalane jouera sur la hauteur, celle de Toulouse, avec Dusautoir et Nyanga encadrant Sowerby jouera la mobilité. Mais c'est la ligne de trois-quarts qui impressionne. Derrière la charnière Kelleher-Skrela, Jauzion et Poitrenaud seront alignés au centre, Clerc et Delasau aux ailes et Médard à l'arrière.

Ce choc se déroulera dans l'écrin du Stadium à 14 h 15 à Toulouse.

19/10/2010

L'USAP espèrait Mermoz... en vain

HJ100918USAPPARIS1967.JPG

Maxime Mermoz, absent depuis trois matches en raison d'une blessure à l'épaule, devait faire son retour ce samedi au Stadium contre le Stade Toulousain. L'ancien Toulousain apprécie particulièrement ces duels face à son ancien club. Manque de chance, le 3/4 centre a passé une IRM de contrôle ce mardi. Elle a confirmé que l'inflamation à son épaule n'était pas encore résorbé.

Ce match à Toulouse marque le retour du Top 14 avec une série de trois terribles chocs. Après Toulouse, il faudra aller à Paris affronter le Racing CF avant de recevoir Toulon à Aimé-Giral.

14/05/2010

Deuxième finale consécutive

Invaincue au Stade de France depuis trois matches, l'USAP retrouvera l'enceinte de Saint-Denis dans deux semaines face au vainqueur de la rencontre Toulon-Clermont. Les Catalans ont en effet battu Toulouse 21-13 dans un stade de la Mosson presque entièrement acquis à sa cause.

Le match a démontré que Toulouse était bien un adversaire très dangereux en même temps que la formidable maîtrise des Perpignanais cette saison. Ils ont su totalement étouffer les Stadistes en deuxième mi-temps où les Toulousains n'ont pas inscrit le moindre point alors que Porical réussissait un festival : quatre pénalités dont trois au delà des 50 mètres.

En première période, pourtant, un essai magnifique de Bézy en contre avait cueilli les Catalans à froid. En manque de rythme, ils laissaient les Toulousains traverser plusieurs fois leur défense mais s'accrochaient au score (13-9).

Ils ont ensuite su réagir en occupant le terrain presque sans partage grâce à une mêlée surpuissante, une défense de fer et une grande lucidité tactique.

Les équipes : Hume tient sa place

Le sud-africain Gavin Hume tient sa place au poste de numéro 10 de l'USAP.  L'équipe est assez largement différente de celle qui avait disputé les phases finales la saison dernière, notamment en troisième ligne où Tuilagi et Tonita sont titulaires, ce qui laisse à penser que les Perpignanais utiliseront l'atout puissance face à une équipe où Dusautoir, le meilleur défenseur, n'est que remplaçant. L'absence de Chouly donne cependant un léger avantage en touche aux Toulousains qui pourrons compter sur Bouilhou et un banc de très haut niveau.

USAP : Porical - Sid, Marty, Mermoz, Manas - (o) Hume  - (m) Durand - Pérez, Tulagi, Tonita - Tchalé-Watchou, Olibeau - Mas (cap), Guirado, Freswater.

Remplaçants : Tincu, Schuster, Vilaceca, Mélé, Granclaude, Burger, Pulu.

TOULOUSE : Poitrenaud - Delasau, Fritz, Jauzion, Heymans - (o) Skrela, (m) Bezy - Maka, Sowerby, Bouilhou (cap) - Albacete, Maestri - Joohnston, Lacombe, Human.

Remplaçants : Servat, poux, Millo-Chluski, Picamoles, Médard, Clerc, David ou Dusautoir, Lecouls.

A la recherche d'un palmarès

images-1.jpg

C'est la phrase de ce jour de demi-finale. Signée Brunel : "On a déjà un titre ; on va maintenant chercher un palmarès".

Le manager perpigno-gersois a trouvé les bons mots pour résumer l'enjeu de la demi-finale contre Toulouse. Implicitement, d'abord, il endosse le costume de favori qui faisait l'objet d'un petit jeu avec son homologue Guy Novès depuis le début de la semaine. Le chmapion en titre, l'ambitieux, le costaud, c'est l'USAP.

Guy Novès a réussi l'exploit de faire passer son équipe du rang de formation impressionnante lors des deux derniers matches de phase finale en quasi nouveau pauvre du rugby français. L'USAP s'en moque et pense à elle-même. Cette équipe ne veut pas être celle d'un exploit unique.

Elle a largement démontré cette saison qu'elle était capable de se mobiliser au moment où il le fallait même si elle n'a pas connu l'insolente réussite de l'exercice 2008-2009. A confirmer ce soir avec une équipe où Gavin Hume devrait être à l'ouverture.

30/12/2009

Mal payé mais pas bien travaillé non plus

Au contact au score pendant toute la partie, dominateurs territorialement pendant de longues minutes, notamment en première mi-temps, les Catalans repartent du Stadium de Toulouse sans une victoire qui semblait longtemps à leur portée et sans même le point de bonus. Les Toulousains, victorieux 22-11 sur un essai de voleur de Clément Poitrenaud interceptant une passe d'Alvarez-Kairelis, ont eu de la réussite. Mais pas seulement.

Ils ont aussi fait la preuve d'une maîtrise et d'une intelligence tactique qui leur ont permis de se sortir du piège. Malgré leurs lacunes en conquête, une réelle impuissance à franchir la défense perpignanaise, les Toulousains ont su produire un rugby hyper-lucide à zéro faute.

Ils ont mieux travaillé leur match que l'USAP, manquant de lucidité, d"efficacité sans son occupation du terrain et qui, malgré un essai de Britz, les Perpignanais ont laissé passé des situations favorables dans les 22 mètres toulousains en première période. Les Catalans sont forts mais vont devoir travailler les détails.

En direct live

 

cabinet_antropomorphique_sscadre [320x200].jpg

 

 

Neuf matches en dix jours. Le "boxing day", c'est bien gentil mais le programme du championnat devient un peu dingue. Très bonne affaire pour Canal + qui peut meubler ses antennes de nouvel an avec du "chaud", l'idée empruntée aux footballeurs anglais d'enchaîner les matches entre les réveillons permet également de faire passer la pilule d'un calendrier qui craque à toutes ses coutures.

Bref, l'USAP commence sa série ce soir par un déplacement très difficile à Toulouse, pour un sommet bizarre puisqu'arrivant comme un cheveux sur la soupe. Normalement, un Toulouse-USAP devrait avoir le temps de monter un peu en mayonnaise. Il faudra ensuite se déplacer à Brive et recevoir le Metro Racing, épouvantail des dernières journées. Gros programme, décisif pour la suite du championnat.

A propos de l'illustration : l'origine du boxing day est la tradition anglaise des étrennes offertes dans une boite (box) le premier jour ouvrable avant Noël. Dali et ses tiroirs peuvent évoquer, une boite à la sauce catalane (pour l'USAP) et surréaliste (pour le calendrier).

Voici quelques liens sur Toulouse-USAP : qui fait référence en matière de jeu ?Toulouse sur ses gardes / Le Stadium fera le plein

27/09/2009

Sommet et contre-sommet

TIAUSAP.jpg

C'est peut-être un de ces moments où on sent que ça bascule. Alors que la huitième journée du championnat de France proposait le "sommet" classique du rugby français depuis 10 ans -Toulouse-Stade Français- c'est le "contre-sommet" organisé entre l'USAP et Clermont qui s'est imposé comme le moment fort.

Sans imagination, semblant fatigué et à court d'idées, le Stade Toulousain n'a pu concéder qu'un bien triste match nul face à des Parisiens qui avaient cadenassé la maison comme s'ils attendaient des jours meilleurs.

Pendant ce temps, l'USAP signait un match de feu, à la fois novateur et plein de rage devant des montferrandais, certes dépassés, mais qui auraient pu inscrire un ou deux essais sur des contres fulgurants. Il y a même eu, entre les finalistes de l'an dernier, quelques moments chauds, signes d'une rivalité de jeunesse là où les deux "Stade" ressemblaient à des cow-boys fatigués.

L'USAP, malgré ses défauts, son inconstance, apporte donc la plus grosse dose d'enthousiasme et de nouveauté de ce Top 14. Toulon et le Racing pourraient également apporter un brin de surprise mais leurs choix -recrutement super-costaud et choix tactique hyper-rigoureux- ressemblent un peu trop à des stratégies de Conseil d'Administration pour fouetter le championnat.