22/04/2010

Pilou-Pilou sur un volcan

gorgone5.jpg

Et voilà... A cause d'un volcan, l'Eyjafjöll, j'ai perdu l'occasion de parler d'un autre cratère, le Vélodrome pendant Toulon-USAP. Dommage parce que j'avais gardé de côté une Gorgone histoire d'illustrer les Pilou-Pilou.

Pourquoi une Gorgone ?

A cause des "femmes echevelées' bien sûr. Voici les paroles :

Ah ! Nous les terribles guerriers du Pilou Pilou
Qui descendons de la Montagne vers la Mer
Pilou Pilou !!!!
Avec nos femmes échevelées allaitant nos enfants
A l'ombre des grands cocotiers blancs
Pilou Pilou !!!!
Nous les terribles guerriers poussons notre terrible cri de guerre
Aaaarrggghhhh !
J'ai dit "notre terrible cri de guerre !!!!"
Aaaarrggghhhhhhhhhhh !
Parce que Toulon
Rouggggeeee !!!!"
Parce que Toulon"
Noooiiiirrrr !!!!!"
Parce que Toulon"
Rouge et noirrrr !!!!"

La Gorgone est un beau mythe méditerranéen là où le pilou-pilou, à l'évidence, lorgne du côté du folklore polynésien. La danse guerrière du Pilou-Pilou, attribuée par les voyageurs du XVIIe siècle aux indigènes de ces îles a inspiré ce refrain, entre chants de marins (Toulon est un port de guerre) et probable fascination pour les rugby maori.

L'auteur des parole est Marcel Bodrero, joueur de la fin des années 40 et surtout éducateur du RC Toulon. Il a notamment entraîné avec Jean Carrère, catalan et ancien maire d'Argelès, à l'origine d'une mini-filière catalane qui a également compté Jo Galy et Jo Maso.