19/10/2010

L'USAP espèrait Mermoz... en vain

HJ100918USAPPARIS1967.JPG

Maxime Mermoz, absent depuis trois matches en raison d'une blessure à l'épaule, devait faire son retour ce samedi au Stadium contre le Stade Toulousain. L'ancien Toulousain apprécie particulièrement ces duels face à son ancien club. Manque de chance, le 3/4 centre a passé une IRM de contrôle ce mardi. Elle a confirmé que l'inflamation à son épaule n'était pas encore résorbé.

Ce match à Toulouse marque le retour du Top 14 avec une série de trois terribles chocs. Après Toulouse, il faudra aller à Paris affronter le Racing CF avant de recevoir Toulon à Aimé-Giral.

05/09/2010

Vraiment deux points de perdus

tiausap3.jpg

Le match nul de l'USAP à Agen n'est qu'un timide rétablissement pour l'équipe catalane. Menant 20-0 à la mi-temps, elle s'est totalement désagrégé pendant les 20 premières minutes de la deuxième mi-temps avant de finalement trouver les ressources pour arracher le match nul, parvenant même à égaliser en infériorité numérique après le carton jaune sévère donné à  Tonita sous la grosse pression conjuguée du banc de touche et du public d'Armandie.

N'empêche. Le réalisme dans les tirs au but de Porical (15 points) et la forme retrouvée de Maxime Mermoz offrant le premier essai à Michel et cassant la défense agenaise à plusieurs reprises, ne cachent pas l'impression de fragilité donnée par les Catalans en deuxième période. Pourtant solides pendant les 40 premières minutes, ils ont encaissé trois essais coup sur coup, rendant Agen euphorique par un manque de présence sous les chandelles et au ras des regroupements.

Qu'un simple changement de tactique des Agenais perturbe à ce point l'USAP montre que le redressement de cette semaine (6 points en deux matches) est encore bien fragile.

Prochains rendez-vous : USAP-Bourgoin samedi 11 septembre et USAP-Stade Français le week-end suivant.

La photo de Farid Sid est signée Harry Jordan

22/06/2010

Porical et Mas chasseront le Puma, pas Mermoz et Marty

RUGBYU-FRA-ARG-FRIENDLY--20100619-002956-Photo-1.jpg

Logique. Marc Lièvremont a décidé d'écarter le duo Marty-Mermoz du XV de France qui affrontera les Pumas samedi soir à Buenos-Aires. En ces temps de déconfiture bleue, la décision de l'entraîneur français a le mérite de la clarté : les deux Perpignanais payent leur début de match raté contre les Springboks. Espérons simplement qu'ils auront une autre chance. Pas seulement parce qu'ils ont du talent mais surtout parce cela voudra dire qu'ils l'ont mérité.

Tout aussi logiquement, Marc Lièvremont a gardé sa confiance en Nicolas Mas et pris acte du bon match de semaine réussi par Jérôme Porical. Le jeune arrière usapiste s'était montré entreprenant sur ses relances et précieux par son jeu au pied long. Il honorera donc sa première sélection comme titulaire. Parra restera le buteur mais les coups de pied longue distance. A voir...

L'équipe : Porical ; Clerc, Mazars, Fritz, Malzieu ; (o) Trinh-Duc, (m) Parra ; Bonnaire, Picamoles, Dusautoir (cap) ; Nallet, Papé ; Mas, Szarzewski, Barcella.

Remplaçants :
Guirado, Poux, Pierre, Lamboley, Yachvili, Skrela, Rougerie.

12/06/2010

Mal de Cap

Difficile, très difficile, l'expédition du XV de France en Afrique du Sud. Les Springboks ont pris une grosse revanche après le test-match perdu en novembre dernier à Toulouse en l'emportant 42 à 17.

Très attendu au centre de la ligne de trois-quarts du XV de France, le duo Marty-Mermoz, flamboyant pendant la première partie de la saison, n'a pas su prendre sa chance. Pire, les deux joueurs sont largement impliqués dans l'entame de match totalement ratée du XV de France.

David Marty a d'abord perdu un peu bêtement le ballon sur la première attaque française, exposant son équipe à un contre fulgurant, sanctionné par un essai de Spies profitant d'une accélération d'Habana. Le second essai springboks, six minutes plus tard, impliquait quant à lui Maxime Mermoz, le petit ailier Aplon rebondissant sur le centre catalan avant de reprendre son slalom pour marquer.

La suite du match allait être difficile pour les deux joueurs, notamment Marty, remplacé par Andreu à l'heure de jeu, Rougerie passant au centre. Mermoz a réussi quelques beaux gestes isolés sans pour autant sortir d'un certain anonymat. Les deux tests contre l'Argentine, qui seront tout sauf faciles, permettront peut-être aux deux joueurs de retrouver leurs bonnes sensations de cet hiver.



11/06/2010

P'ty Mar ouvre et les autres au centre

pierre.JPG


David Marty est-il un extraterrestre ? Ben non. Contrairement à ce que pourrait laisser croire cette photo insolite d'Harry Jordan, il n'a rien à voir avec ET.

Ce vendredi 11 juin, le "p'ty mar", club de plage de David Marty ouvre ses portes. L'année dernière, c'est là qu'avait échoué le bouclier en provenance de Paris. Echoué et même coulé à ce que l'on croit savoir, la "bout de bois", transformé en surf, ayant été fêté comme il se méritait.

Cette année, ni le planxot, devenu Bouclier arverne, ni le propriétaire des lieux, titulaire avec le XV de France, ne seront là. David Marty est au Cap, en compagnie de Maxime Mermoz, où il se prépare à affronter le duo Fourrie-Olivier.

Cela faisait longtemps que l'on attendait de voir le duo créateur de l'USAP à l'oeuvre dans un grand format international. Même si le duo a joué la dernière demi-heure contre ces mêmes Springboks à l'automne, le vrai test est pour maintenant. Face à la probable meilleure équipe du monde, ils seront servis, tout comme l'autre paire usapiste, Mas et Guirado.

Ce sont d'ailleurs eux qui, en première ligne, vont supporter la violence de l'assaut. Humiliés à Toulouse, les Sud-Africains seront revanchards. A côté, l'Uruguay et le Mondial de foot, c'est le club Med'.

08/02/2010

Tournoi et Usapistes

Deux Catalans ont participé au premier match du tournoi des VI nations du centenaire. Nicolas Mas a joué un peu plus d'une mi-temps alors que David Marty a participé à la fin du match en remplacement de Mathieu Bastareaud, auteur des deux essais de la partie.

Nicolas Mas a accompli avec efficacité son boulot de pilier droit. Comme presque toujours face à l'Ecosse, c'est devant , notamment en mêlée, que les Français ont mis au supplice le pack écossais, traditionnellement beaucoup trop léger. Du bon travail, en grande partie anonyme pendant que Domingo, côté gauche, se révélait et confirmait que la France, décidément, se débrouille toujours pour sortir de grands piliers.

David Marty est forcément resté dans l'ombre de Bastareaud. Très attendu pour son retour en bleu après les bleus d'Auckland, Mathieu Bastareaud a forcément marqué les esprits en inscrivant les deux essais français. Marty joue au même poste que lui, deuxième centre, comme le confirme le remplacement opéré par Marc Lièvremont. Grosse concurrence en vue donc pour Marty. Mais ça n'a jamais été facile pour le Catalan en équipe de France et il est toujours là, avec la confiance de son entraîneur.

Maxime Mermoz profitera-t-il du Tournoi ? Difficile de ne pas penser qu'un duo Mermoz-Bastareaud, très complémentaire sur le papier, intéresse l'encadrement du XV de France. Le centre catalan, actuellement blessé, peut-il revenir avant la fin de la compétition ? Lui l'espère mais le calendrier très serré risque de l'en empêcher. Son retour en championnat pourrait intervenir le 20 février contre Montauban. La France se déplace au Pays de Galles le vendredi suivant (le 26). C'est court.

 

01/01/2010

Mermoz sportif vosgien (?) de l'année, catégorie "vote national"

 

img025.jpg

 

 

Maxime Mermoz a été élu... sportif vosgien de l'année le 1er janvier 2010 à l'issue d'un vote épique organisé par notre confrère "Vosges matin" et détourné par les internautes du forum de l'USAP.  Ces derniers ont d'abord réussi à dénicher ce vote quelque part sur le net avant de parvenir à détrôner, en utilisant des méthodes révélées par le forum, la nageuse Aurore Mongel, promise normalement à ce titre et en tête depuis plusieurs semaines. C'est finalement elle qui a reçu le titre officiel (déscerné par les Vosgiens), Mermoz récoltant un titre honorifique dû au "vote national" des supporters catalans.

Aussi improbable que cela puisse paraître, Maxime Mermoz est en effet vosgien, formé au club d'Epinal, l'un des sept clubs du département dont celui de Saint-Dié, ce dernier club étant champion honneur d'Alsace-Lorraine. Le rugby a donc quelques implantations pionnières dans le "deep east", y important des pratiques rugbystiques pas toujours bien accueillies. Ainsi le calendrier du club de Saint-Dié qui illustre ce post (rien à voir donc avec Mermoz) a-t-il provoqué la colère du curé de Granges-sur-Vologne, l'abbé Jacques Pétin (ça ne s'invente pas) y voyant l'image d'une "humanité en recul". Rien que ça. On vous laisse le lien, récupéré encore une fois sur le site de nos excellents confrères de Vosges Matin.

09/11/2009

Maillot bleu pour Mas et Mermoz

tsusap2.jpg

Maxime Mermoz sera aligné au centre de l'attaque tricolore, vendredi soir à Toulouse, aux côtés de Yann David. Nicolas Mas sera, de son côté, titulaire au poste de pilier droit. David Marty est sur le banc des remplaçants pendant que Guilhem Guirado fait partie des joueurs renvoyés dans leurs foyers comme Frédéric Michalak et Yannick Jauzion. Pour le talonneur catalan, ce n'est pas forcément une mauvaise chose dans la mesure où il avait été victime d'un traumatisme cervical contre Castres.

Les deux titularisations de Mermoz et Mas étaient attendues. Marc Lièvremont a avoué avoir longtemps hésité à aligner une paire de centre 100% catalane avec Mermoz et Marty avant de finalement préférer l'explositivité du néo-toulousain.

Si le sélectionneur a construit un pack très solide, il a renoncé à l'option kilogramme au milieu du terrain. Jauzion n'est pas là, Traille est à l'arrière. François Trinh-Duc et Maxime Mermoz auront donc d'abord une redoutable partition défensive à assurer face à des Springboks habitués à venir "taper" là.

02/10/2009

Partis pour rester

JLB-USAP-TOUL019.jpg

C'est une belle expression, souvent employée par les intéressés lorsqu'ils souhaitent faire une confidence. "Je suis parti pour rester", est une façon de dire, généralement sur le ton de la confidence, que "normalement, je reste".

En cette période de renouvellement de contrats qui implique non seulement la totalité du staff (Brunel, Goutta, Azéma) mais également le meilleur joueur (Mermoz) il semblerait que les intéressés soient (voir dans l'Indep) "partis pour rester".

Cette façon de s'exprimer est évidemment paradoxale. Soit on part, soit on reste mais il semble difficile de partir (s'en aller) alors que l'on a l'intention de rester (sur place). En fait, "partir" est une façon ici d'exprimer le conditionnel. Cela veut simplement dire que la renégociation du contrat est en cours (d'où l'idée de chemin à accomplir, donc de départ) et que les deux parties (pour mieux revenir) sont à peu près d'accord sur le but à atteindre ("rester"). Si tout se passe sans encombre, le chemin sur lequel on s'engage est en fait une boucle qui ramène au point de départ.

En bon franglais, on parle quelquefois de "round" de négociation, par référence à la boxe où le "round" exprime le tour que réalise l'aiguille du chronomètre, laquelle revient à son point de départ.

BigBadWolfHead.jpg

Le tout dans cette affaire, c'est donc qu'aucun chemin de traverse ne vienne tenter ceux qui sont "partis" sur le chemin du retour. Comme le loup sur le chemin du Petit Chaperon Rouge, Leicester tente  de détourner Mermoz, parti pour rejoindre Mère-Grand alias Paul Goze, afin de "rester".

En attendant le résultat de ce "round" de négociation, une chose semble acquise : personne n'a vraiment l'intention de s'en aller. Aucun désamour ne risque d'affecter gravement les négociations. Comme disait le poète : "Quand on aime, il faut partir"... Pour rester.