20/10/2010

Pas facile de quitter le pays de Galles

Il n'a pas l'air comme ça mais on ne quitte pas facilement le pays de Galles. Dans ce pays où le rugby est si important, les stars locales sont soumises à forte pression dès lors qu'elles désirent s'exiler. C'est notamment le cas de James Hook, en contact avec Perpignan depuis deux ans et annoncé à l'USAP pour après la coupe du Monde 2011.

Dans le Guardian, l'entraîneur de la sélection galloise, le Néo-Zélandais Warren Gatland prévient par exemple que Hook, s'il tente l'aventure à l'étranger devra "rester disponible" pour la sélection nationale. Gatland y met Hook en garde : il ne pourra pas prétendre participer à la Coupe du monde s'il ne participe pas au stage d'avant saison de l'équipe nationale en été.

Il serait étonnant que l'USAP envisage de la récupérer pendant cette période puisque la situation sera exactement la même pour tous les autres internationaux du club -notamment les tricolores- à ce moment-là de la saison. En attendant, Hook devrait faire savoir sa décision à la fin du mois prochain, d'après le Guardian qui croit savoir que des clubs anglais sont aussi intéressés. Gatland, lui, conclut par une phrase à double sens : "Cette décision appartient à James quoi doit faire ce qu'il y a de mieux pour sa famille". Ben tiens... Le pays de Galles, c'est là (au nord dans la charmante bourgade de Portmerion) qu'a été tourné le prisonnier.

Vous savez, ce feuilleton où une boule blanche rattrape les fuyards. Sauf que là, le héros c'est le numéro 10, pas le numéro 6.