10/12/2010

L'USAP fait bloguer

 

OBJ516412_1-1.jpg

 

Les déconvenues de l'USAP alimentent deux blogs consacrés au rugby cette semaine et le débat est plutôt vif. Laurent Bénézech, ancien pilier du XV de France aujourd'hui blogueur, se demande où va Perpignan ? dans un post assez critique. Et le cub catalan trouve un défenseur avec le blog de Mister rugby qui répond assez frontalement à Bénézech sous le titre blogueur contre blogueur, le cas de l'USAP.

Au coeur de la polémique, on retrouve la vieille question de la catalanité. Pour Laurent Bénézech, pas de doute, elle est responsable d'une logique d'enfermement qui explique la mauvaise saison actuelle. "Faux procès", lui répond Mister rugby qui compte six nationalités et huit joueurs non catalans sur la feuille du match contre Castres.

En fait, Bénézech n'a pas tord de pointer le choix stratégique du club, au tournant de l'année 2007 et avec l'arrivée de Paul Goze à la place de Marcel Dagrenat au poste de président. Depuis trois ans, l'USAP a pris un virage à 180 degrés en faisant confiance à sa propre formation. Résultat : il n'a jamais compté autant d'internationaux au point de pouvoir fournir une première ligne complète au XV de France. La réussite des joueurs issus du club est le fait marquant des dernières années usapistes. Elle explique en grande partie le titre de 2009 avec le recrutement de Carter qualifié d'épiphénomène par Bénézech qui n'a rien compris de ce qui s'était passé à l'époque au club.

L'efficacité du choix de la formation est pertinente sur le plan sportif. Mister rugby se fait d'ailleurs une image probablement un peu embellie du soucis des collectivités de voir évoluer des joueurs du cru sous le maillot où est cousu leur logo. Elles soutenaient déjà l'USAP quand celle-ci faisait le bonheur des agents et que ses meilleurs joueurs (Olibeau, Lièvremont(s), Manas, Sid, Arbo, etc...) réussissaient ailleurs.

Bref, ce que Bénézech considère comme un handicap est un formidable atout. En revanche, trois de ses arguments tiennent la route : le rôle qu'à joué Brunel dans la construction d'un jeu plus ouvert, l'erreur de recrutement de cette saison où les postes décisifs de la charnière ont été trop délaissés et la difficulté du club à rentabiliser son titre. Nous l'avons déjà écrit ici, tout se concentre dans la même saison essentiellement en raison d'un choix stratégique : attendre l'après Coupe du Monde pour lancer les grandes opérations de transferts.

Les Catalans comptaient probablement sur leur habituelle robustesse pour passer cette saison et ce n'est pas ce qui est en train de se passer. Cette équipe a évolué depuis deux ans et ne peut plus se permettre, comme avant son titre, de se reposer sur ses traditionnelles valeurs de combat. Laurent Bénézech et les dirigeants ont peut-être commis la même erreur d'appréciation : l'USAP a évolué beaucoup plus profondément qu'ils ne le pensent.

En illustration, une photo exceptionnelle d'Harry Jordan parue dans l'Indépendant de cette semaine.

Et en prime parce que c'est vous, la composition des équipes pour USAP-Leicester (14h30 samedi à Aimé-Giral.

USAP : 5. Jérôme Porical, 14. Adrien Plante, 13. David Marty, 12. Joffrey Michel, 11. Julien Candelon, 10. Nicolas Laharrague, 9. David Mele, 1. Perry Freshwater, 2. Marius Tincu, 3. Nicolas Mas, 4. Olivier Olibeau, 5. Robins Tchale Watchou, 6. Bertrand Guiry, 7. Ovidiu Tonita, 8. Damien Chouly,
16. Guilhem Guirado, 17. Jérôme Schuster, 18. Kisi Pulu, 19. Gerrie Britz, 20. Henry Tuilagi, 21. Jean-Pierre Perez, 22. Florian Cazenave, 23. Farid Sid.

Leicester : 15. Geordan Murphy, 14. Scott Hamilton, 13. Matt Smith, 12. Anthony Allen, 11. Alesana Tuilagi, 10. Toby Flood, 9. Ben Youngs, 1. Marcos Ayerza, 2. George Chuter, 3. Dan Cole, 4. Louis Deacon, 5. George Skivington, 6. Thomas Waldrom, 7. Craig Newby, 8. Jordan Crane,
16. Rob Hawkins, 17. Pete Bucknall, 18. Martin Castrogiovanni, 19. Ed Slater, 20. Steve Mafi, 21. James Grindal, 22. Jeremy Staunton, 23. Manu Tuilagi.