12/06/2010

Mal de Cap

Difficile, très difficile, l'expédition du XV de France en Afrique du Sud. Les Springboks ont pris une grosse revanche après le test-match perdu en novembre dernier à Toulouse en l'emportant 42 à 17.

Très attendu au centre de la ligne de trois-quarts du XV de France, le duo Marty-Mermoz, flamboyant pendant la première partie de la saison, n'a pas su prendre sa chance. Pire, les deux joueurs sont largement impliqués dans l'entame de match totalement ratée du XV de France.

David Marty a d'abord perdu un peu bêtement le ballon sur la première attaque française, exposant son équipe à un contre fulgurant, sanctionné par un essai de Spies profitant d'une accélération d'Habana. Le second essai springboks, six minutes plus tard, impliquait quant à lui Maxime Mermoz, le petit ailier Aplon rebondissant sur le centre catalan avant de reprendre son slalom pour marquer.

La suite du match allait être difficile pour les deux joueurs, notamment Marty, remplacé par Andreu à l'heure de jeu, Rougerie passant au centre. Mermoz a réussi quelques beaux gestes isolés sans pour autant sortir d'un certain anonymat. Les deux tests contre l'Argentine, qui seront tout sauf faciles, permettront peut-être aux deux joueurs de retrouver leurs bonnes sensations de cet hiver.



11/06/2010

P'ty Mar ouvre et les autres au centre

pierre.JPG


David Marty est-il un extraterrestre ? Ben non. Contrairement à ce que pourrait laisser croire cette photo insolite d'Harry Jordan, il n'a rien à voir avec ET.

Ce vendredi 11 juin, le "p'ty mar", club de plage de David Marty ouvre ses portes. L'année dernière, c'est là qu'avait échoué le bouclier en provenance de Paris. Echoué et même coulé à ce que l'on croit savoir, la "bout de bois", transformé en surf, ayant été fêté comme il se méritait.

Cette année, ni le planxot, devenu Bouclier arverne, ni le propriétaire des lieux, titulaire avec le XV de France, ne seront là. David Marty est au Cap, en compagnie de Maxime Mermoz, où il se prépare à affronter le duo Fourrie-Olivier.

Cela faisait longtemps que l'on attendait de voir le duo créateur de l'USAP à l'oeuvre dans un grand format international. Même si le duo a joué la dernière demi-heure contre ces mêmes Springboks à l'automne, le vrai test est pour maintenant. Face à la probable meilleure équipe du monde, ils seront servis, tout comme l'autre paire usapiste, Mas et Guirado.

Ce sont d'ailleurs eux qui, en première ligne, vont supporter la violence de l'assaut. Humiliés à Toulouse, les Sud-Africains seront revanchards. A côté, l'Uruguay et le Mondial de foot, c'est le club Med'.

05/01/2010

Berbizier l'homme de 95

Quel rapport entre le match USAP-Racing de vendredi soir et la sortie, le mercredi suivant, du film Invictus de Clint Eastwood ? Pierre Berbizier, bien sûr. L'actuel manager du Racing était, pendant la Coupe du Monde de 1995 en Afrique du Sud pendant laquelle se déroule le film d'Eastwood, l'entraîneur du XV de France.

Battu pour quelques millimètres (le fameux essai refusé à Bénazzi à la dernière minute de la demi-finale) par les Springboks et sous le déluge de Durban, l'entraîneur français avait eu une réaction d'une grande classe, le lendemain de la rencontre.

Sous le lumineux soleil d'hiver de Pretoria, où le XV de France avait son hôtel, l'entraîneur français avait commencé sa conférence de presse en relativisant la défaite. Constatant, comme tout le monde, l'énorme importance que prenait l'épopée des Springboks pour la nation sud-africaine, la façon dont Nelson Mandela se servait de l'événement pour valider sa politique de réconciliation (sujet du film), il avait estimé que son échec sportif (relatif d'ailleurs) pesait finalement de peu d'importance face à l'événement historique qui se déroulait et les défis énormes qui se posaient à l'Afrique-du-Sud.

Voilà. Un petit rappel à propos de Pierre Berbizier, personnage souvent irritant par sa façon de se recroqueviller sans jamais se livrer et qui, se jour-là, avait eu la classe de prendre une distance énorme et inhabituelle par rapport à son sport en mesurant la portée de l'événement.

Bon match et bon film...

15/11/2009

Turn-over international

DUV12_RUGBY-FRANCE-_1113_11.jpg

Mermoz, Marty et Mas, les trois "M" de l'USAP tombeurs des Springboks pourraient se retrouver, dans 15 jours, face à la Nouvelle-Zélande. En attendant des retrouvailles marseillaises avec Dan Carter (qui pourrait d'ailleurs s'offrir quelques jours "français" supplémentaires), Mermoz, légèrement touché, ne sera pas en bleu cette semaine. En revanche, Guilhem Guirado a été appelé dans le groupe qui affrontera les Samoa, Servat étant également laissé libre.

Samedi, au Stade de France, il retrouvera dans la maison d'en face Henri Tuilagi, leur coéquipier, qui ne s'est reposé que 10 minutes contre le pays de Galles, le temps d'un carton jaune. La veille, l'USAP aura affronté Albi dans le Tarn sur le terrain du Stadium sans Tuilagi, Mermoz, Mas, Marty et Guirado et sur un terrain qui ne lui rappelle pas que de bons souvenirs.

L'équipe de Brunel avait connu la défaite au Stadium en 2007 (21-16) mais c'est surtout la déconvenue de 2006 (les Catalans battus 17-6) qui reste dans les mémoires par la leçon reçue en mêlée et la crise provoquée. Il est vrai qu'il y avait presque autant de crises à l'époque que de fêtes de village avec les bouclier aujourd'hui.

09/11/2009

Maillot bleu pour Mas et Mermoz

tsusap2.jpg

Maxime Mermoz sera aligné au centre de l'attaque tricolore, vendredi soir à Toulouse, aux côtés de Yann David. Nicolas Mas sera, de son côté, titulaire au poste de pilier droit. David Marty est sur le banc des remplaçants pendant que Guilhem Guirado fait partie des joueurs renvoyés dans leurs foyers comme Frédéric Michalak et Yannick Jauzion. Pour le talonneur catalan, ce n'est pas forcément une mauvaise chose dans la mesure où il avait été victime d'un traumatisme cervical contre Castres.

Les deux titularisations de Mermoz et Mas étaient attendues. Marc Lièvremont a avoué avoir longtemps hésité à aligner une paire de centre 100% catalane avec Mermoz et Marty avant de finalement préférer l'explositivité du néo-toulousain.

Si le sélectionneur a construit un pack très solide, il a renoncé à l'option kilogramme au milieu du terrain. Jauzion n'est pas là, Traille est à l'arrière. François Trinh-Duc et Maxime Mermoz auront donc d'abord une redoutable partition défensive à assurer face à des Springboks habitués à venir "taper" là.