19/01/2011

Tournoi : avec Guirado, Mas, Mermoz et Marty

Annoncée comme probablement très proche de celle qui sera constituée pour la prochain Coupe du Monde, la liste des 30 sélectionnés pour le Tournoi 2011 était très attendue. Et, de fait, elle comptera quatre perpignanais. Nicolas Mas et Guilhem Guirado étaient attendus devant.

En revanche, si la présence de David Marty au centre est une demi surprise (le catalan n'a jamais déçu en bleu), le choix de donner sa chance à Maxime Mermoz, longtemps perturbé par des blessures, plutôt qu'à Mathieu Bastareaud -grand absent de la sélecton- est très marquant. Le sélectionneur Marc Lièvemont indique ainsi sa volonté de plutôt repêché le talent de Mermoz que la puissance de Bastareaud.

Blessé, Schuster n'est pas retenu alors de Jérôme Porical a perdu sa place contre l'Australie au bénéfice des toulousains Médard et Poitrenaud.

 

Avants : Domingo (Clermont), Marconnet (Biarritz), Guirado (Perpignan), Servat (Toulouse), Ducalcon (Castres), Mas (Perpignan), Nallet (Racing-Métro), Thion (Biarritz), Papé (Stade Français), Pierre (Clermont), Bonnaire (Clermont), Dusautoir (Toulouse), Lapandry (Clermont), Ouedraogo (Montpellier), Chabal (Racing-Métro), Harinordoquy (Biarritz).

Arrières : Parra (Clermont), Yachvili (Biarritz), Skrela (Toulouse), Traille (Biarritz), Trinh Duc (Montpellier), Jauzion (Toulouse), Marty (Perpignan), Mermoz (Perpignan), Rougerie (Clermont), Clerc (Toulouse), Huget (Bayonne), Médard (Toulouse), Palisson (Brive), Poitrenaud (Toulouse).

16/01/2011

Brunel : quatre ans, c'est bien

HJ110102USAPBRIVE0333.JPG

A l'exception très particulière de Guy Novès, il est difficile pour un entraîneur, ou un manager, d'envisager faire passer son discours au delà de quatre ans. Souvent même, la limite est à trois saisons.

Le départ de Jacques Brunel pour l'Italie, à la fin de sa quatrième saison à l'USAP n'est donc pas si illogique que cela. Au delà, le discours commence à s'user, les méthodes à s'émousser, la lassitude à s'installer... Le bilan de Brunel, en attendant, est exceptionnel : une demi-finale, une titre de champion et une finale sur les trois premières saisons. Déjà cette saison, il sera très difficile de faire mieux.

En partant en Italie, il s'engage pour un nouveau cycle de quatre ans. Il récupèrera la Squadra Azzurra après le Mondial néo-zélandais et l'emmènera jusqu'à la prochaine Coupe du monde. Un vrai beau défi, dans un rugby latin qu'il connaît et comprend bien et sait rendre efficace. Il l'a montré à l'USAP.

15/01/2011

L'USAP a son destin entre les mains (comme on dit)

La victoire de Leicester à Llanelli (32-18) ce samedi soir clarifie les enjeux avant la dernière journée de la phase de poule de H-Cup. En effet, Leicester et l'USAP sont désormais à égalité de points (17) en tête du classement de la poule 5. Mais les Catalans devancent les Anglais puisqu'ils sont invaincus dans les oppositions contre les Tigers (une victoire et un nul).

Lors de la dernière journée, Leicester affronte Trévise et -on peut en être sûr- marquera le point de bonus. Mais si l'USAP fait de même contre Llanelli à Aimé-Giral (victoire bonifiée), le club perpignanais est donc assuré de terminer à la première place et de se qualifier en quarts de finale.

En revanche, une victoire simple, sans bonus, serait synonyme de deuxième place quasiment à coup sûr. Avec 21 points, les Catalans seraient assurés de terminer dans les huit premiers puisqu'en poule 1 et en poule 2, aucune équipe n'est en mesure de faire aussi bien et donc de se qualifier au titre de meilleur deuxième. Bref, une victoire et c'est une chance sur deux pour la qualification environ.

Une défaite et ce serait l'élimination, Llanelli devançant l'USAP à la deuxième place. Ce serait, avouons-le, rageant.

L'USAP a visé juste à Trévise

 


Benetton Treviso - USAP : Le résumé du match
envoyé par USAP_Communication. - Découvrez les dernières vidéos de sport.

 

L'USAP l'a emporté sur le terrain de Trévise, en Italie, sur le score de 44 à 9 à l'occasion de l'avant-dernière journée de la phase de poule de la Coupe d'Europe. En inscrivant cinq essais, l'équipe catalane marque un indispensable point de bonus pour espérer encore dans la qualification avant de recevoir Llanelli dimanche prochain pour une rencontre décisive.

Comme quoi, on peut se répéter les beaux discours pendant toute la semaine, se préparer avant le match en sentant le piège, les rugbymen sont quelquefois comme des enfants : ils ont besoin de se brûler pour ne pas mettre les doigts au dessus de la cuisinière.

L'USAP a donc mis ses mains au dessus du feu pendant une bonne mi-temps, la première. Bilan : 9-9 et un mauvais remake du cauchemar italien de la saison dernière. Surtout, les Catalans n'avaient pas marqué le moindre essai alors qu'il leur était indispensable de marquer un essai.

Probablement qu'à la mi-temps, Jacques Brunel (que le Il Gazzettino di Treviso annonçait à la tête de l'équipe d'Italie la saison prochaine, ce qui est tout sauf une surprise) a tenu un discours un peu moins convenu que pendant la semaine. L'USAP s'est alors réveillée et a marqué cinq essais en deuxième période dans le sillage d'un pack auteur d'un premier essai collectif et de trois-quarts soudains inspirés. Sid, Laharrague et Candelon (2 fois) ont alors creusé la différence avec ce qu'il fallait de vitesse et de détermination.

Conclusion : le bonus est marqué et avant Llanelli-Leicester, l'USAP occupe la tête de la Poule 5 avec 17 points. Impeccable.

Barça-USAP : une jolie photo

Après la déception de ne pas jouer au Camp Nou, les Usapistes pourrons se consoler avec un photo. Notre confrère sud catalan le Punt, explique en effet qu'un acte de jumelage devrait être signé lundi par le président du Barça, Sandro Rossell avec celui de l'USAP, Paul Goze.

L'affaire se déroulera à Amé-Giral et sera suivi d'une séance de photo commune au Camp Nou entre les deux équipes, le Barça et l'USAP. Elle sera probablement un peu solennelle ce qui est logique mais dommage. On aurait aimé, par exemple, voir Lionel Messi assis sur les genous de Tuilagi.

Mais on s'égare : le reste de l'accord sera consacré au développement de la pratique "rugby" sous les couleurs du Barça, ce qui est très intéressant, ainsi qu'à l'étude de la viabilité d'un match au Camp Nou. Probablement le premier projet était-il un peu précipité, ce qui n'augure pas grand chose de bon pour le USAP-Toulouse de Montjuïc.

14/01/2011

Trévise-USAP : les équipes

Auteur de 5 essais depuis le début des poules (et de 28 points au total) Tommaso Benvinutti  avait marqué deux essais splendides à Aimé-Giral au match aller. Il sera néanmoins absent contre l'USAP samedi à Trévise. Un bon présage pour les Catalans qui ont pris la mauvaise habitude, ces dernières saisons, de rater leurs rendez-vous italiens. Une très mauvaise habitude qu'il faudra perdre si les Perpignanais ne veulent pas voir leurs espoirs mourir si près de Venise.

 

Trévise. 15. Brendan Williams - 14. Ludovico Nitoglia, 13. Ezio Galon, 12. Gonzalo Garcia, 11. Benjamin de Jager - 10. Willem de Waal, 9. Tobias Botes - 6. Marco Filippucci, 8. Paul Derbyshire, 7. Benjamin Vermaak   -  - 5. Valério Bernabò,  4. Antonio Pavanello -  3. Pedro di Santo, 2. Leonardo Ghiraldini, 1. Ignacio Fernandez Rouyet.
Remplaçants. 16. Franco Sbaraglini, 17. Michele Rizzo, 18. Lorenzo Cittadini, 19. Enrico Pavanello, 20. Cornelius van Zyl, 21. Manoa Vosawai, 22. Fabio Semenzato, 23. Alberto Sgarbi.

USAP. 15. Jérôme Porical - 14. Farid Sid, 13. David Marty, 12. Maxime Mermoz, 11. Julien Candelon - 10. Nicolas Laharrague, 9. David Mele -  6. Grégory Le Corvec, 8. Henry Tuilagi, 7. Jean-Pierre Pere - 4. Olivier Olibeau, 5. Guillaume Vilaceca - 3. Nicolas Mas, 2. Marius Tincu, 1. Perry Freshwater.
Remplaçants. 16. Guilhem Guirado, 17. Kisi Pulu, 18. Benoit Bourrust, 19. Rimas Alvarez Kairelis, 20. Damien Chouly, 21. Jean-Philippe Grandclaude, 22. Florian Cazenave, 23. Joffrey Michel.

13/01/2011

Un Thomond park perpignanais

 

Perpignan_Stade_Aime_Giral.jpg

 

Le débat sur les stades perpignanais a pris une nouvelle dimension depuis que l'on parle d'un stade "low cost". Le papier est ici sur l'indep. Derrière le thème de "low cost" se cache en fait l'idée qu'un stade doit se réduire à sa fonctionnalité et ne surtout pas partir à la recherche de grandes performances d'architecture.

Pour bien expliquer la différence, il suffit de comparer le stade Yves Du-Manoir à Montpellier et le Thomond Park de Limerick, l'antre du Munster, en Irlande, deux stades où les Perpignanais ont eu l'occasion de traîner leurs crampons.

yves_du_manoir.jpg

Le stade Yves Du-Manoir (photo ci-contre à gauche) a coûté 63 millions d'euros pour une capacité comparable à celle de l'Aimé-Giral actuel (autour de 14.000 places).

Il possède un toît spectaculaire une façade en verr digne d'un immeuble de bureau et s'insère dans l'aménagement d'un novueau quartier dont le coût n'est évidemment pas compris dans la facture évoquée ci-dessus.

thomondinternal_500.jpg

Le Thomond Park (à droite), lui, compte 26.500 places, et a coûté 40 millions d'euros ! Soit plus de 30 % moins cher pour presque le double de places et un résultats remarquable sur le plan de l'architecture et de la convivalité du lieu. On n'est pas très loin des 35 millions évoqués pour refaire Aimé-Giral.

Cependant, le Thomond Park a été refait sur place : il n'a pas fallu engager de dépenses pour le foncier et les accès, ce qui sera le cas pour le prochain stade perpignanais. A ce propos, une remarque : la question du stationnement est un argument étrange. Vouloir se faire se garer les véhicules pour 25.000 personnes dans la zone sud de Perpignan, c'est l'apocalypse assuré. On se rendra alors compte qu'un parking géant est un piège autrement efficace pour les automobilistes qu'Aimé-Giral, stade en ville avec ses nombreuses petites rues alentour.

08/01/2011

Encore un match nul mais pas si mauvais

usap1_2.jpg

Pour la quatrième fois de la saison -et la troisième en championnat- l'USAP asigné un match nul à l'extérieur. Cette fois, c'est de Montpellier que les Catalans ramènent deux points après avoir accroché l'une des équipes en forme de la saison sur le score de 12 à 12.

Cette saison, les hommes de Jacques Brunel ont déjà fait match nul à Agen (23-23), au Racing (18-18) et à Leicester en Coupe d'Europe (22-22). Entre l'unique point de bonus ramené de Clermont et ces occasions manquées/perdues, c'est l'image de cette saison perpignanaise où des litres de sueur sont dépensés pour un résultat juste honorable.

Les Caalans se sont montrés très volontaires à Du-Manoir, certainement plus remuants que leurs adversaires sur l'ensemble d'un match serré où les Perpignanais ont, sans cesse, mené au score. Celui-ci a été meublé par les deux buteurs, Porical et Bustos-Moyano auteurs chacun de quatre pénalités.

Montpellier-USAP : la composition des équipes

C'est avec toutes ses forces compte tenu des blessés que l'USAP affrontera Montpellier. Guirado, Porical, Marty, Mermoz, Mas... Tous les internationaux sont alignés d'entrée.

A 14 h 30 au stade Yves Du-Manoir de Montpellier.

Montpellier : Thiéry - Bérard, Mirande, Fernandez, Bustos Moyano - (o) Trinh-Duc, (m) Tomas - Wasseman, Matadigo, Ouedraogo (cap) - Gorgodze, Hancke - Jgentil, Ladhuie, Figallo.

Remplaçants : Caudullo, Kervadec, Fakate, Bost, Paillaugue, Rees, G. Doumayrou, Bost.

USAP : Porical - Sid, Marty, Mermoz, Candelon - (o) Laharrague, (m) Mélé - Le Corvec, Tuilagi, Tonita - Vilacéca, Britz - Mas (cap); Guirado, Freshwater.

Remplaçants : Géli, Pulu, Olibeau, Guiry, Pérez, Cazenave, Michel, Bourrust.

07/01/2011

La dernière chance ? Pas tout à fait mais presque

 

HJ110102USAPBRIVE0928.JPG

 

La dernière chance ? Ben non mais quand même... Après le match contre Montpellier, il restera, l'air de rien, cinq déplacements à l'USAP (Biarritz, Bourgoin, Stade Français, La Rochelle, Toulon) pour compenser ses deux défaites à l'extérieur. Mathématiquement, donc, les Catalans "peuvent" (si on ose dire) perdre ce samedi à Montpellier.

N'empêche. Cela ferait une nouvelle occasion de perdue et, surtout, l'impact psychologique serait désastreux s'il s'avérait que le "crime" de Montpellier (gagner à l'aller à Aimé-Giral) devait rester  impuni. Disons-le tout net, la logique plaide pour une victoire du MHRC. L'équipe de Galthié et Béchu (ne pas l'oublier, celui-là, dans la réussite des Héraultais) joue un bien meilleur rugby que celui de l'USAP depuis le début et la saison. Bien plus régulier aussi...

Les Catalans ne sont pas, en effet, mal classés par hasard. Leur situation reflète le manque de liant et de constance de leur jeu. Alors... Il faut espérer un déclic, un "coup" qui permettrait d'aborder une fin de saison particulièrement costaude puisque le programme à domicile est aussi chargé que celui à l'extérieur: Agen, Bayonne, Toulouse, le Racing, Castres.

images.jpeg

Pas de Camp Nou pour l'USAP. C'est l'info de la semaine. Guardiola a trop insisté pour garder "sa" pelouse en bon état. Il n'y aura pas de vrai-faux classico dans le mythique stade du Barça entre l'USAP et le Racing CF. Plus classiquement, il faudra se "contenter" d'un USAP-Toulouse au stade olympique de Montjuïc (photo)  comme les Dragons l'ont déjà fait et même l'USAP à deux reprises ces 20 dernières années (c'est un peu oublié mais, promis, on retrouvera la trace de tout ça). Ce n'est peut-être pas plus mal. Compte tenu de la saison anonyme de l'USAP, du positionnement de la rencontre un vendredi soir et de la proximité du "clasico" Barça-Real, les 100.000 places du Camp Nou auraient eu un peu de mal à trouver preneurs.

Pulu et Freswater prolongent. Trois ans de plus pour le premier, un an pour le second décidément inusable. L'écolosion de Schuster a convaincu les club catalan de faire confiance à ses "anciens". En attendant un recrutement qu'il faudra faire consistant.

Brunel : l'Italie l'attend. En Italie, les responsables rugbystiques se montrent de plus en plus précis en ce qui concerne le recrutement de Jacques Brunel, qui prendrait les rênes de la Squadra Azzurra en compagnie d'un autre auscitain, Serge Milhas. A Perpignan, évidemment, la chose est difficile à gérer puisqu'il faut bien finir la saison sans démobiliser les uns et les autres. Disons que les Arlequins préfèrent un secret de Polichinelle à une annonce officielle.