30/08/2010

L'USAP recroquevillée en attendant Biarritz et Rosell

Une petite mise au vert coupés du monde. Les joueurs de Perpignan sont à l'isolement avant la rencontre face à Biarritz mercredi soir. Seul visiteur du vestiaire -mais pas le moindre- Paul Goze est venu leur faire une petite causerie lundi matin sur le thème : il faut se mobiliser et ne pas rater le rendez-vous qui s'annonce. D'une manière générale, c'est toute la smeaine (avec le déplacement à Agen dimanche) qui est importante pour redresser la barre usapiste.

Pour ce match, les Catalans enregistrent les retours des internationaux Guirado, Mas et Mermoz tout en espérant les rentrées de Le Corvec, Tuilagi et Porical.

Ce mercredi est également capital en coulisses avec la venue de Sandro Rosell, la président du Barça, pour discuter de l'éventualité d'un match au Camp Nou.

29/08/2010

USAP : de la bonne façon de réagir

USAPdeux.jpg

Après une défaite qui fait mal -c'est bien entendu le cas après la prise de la forteresse Aimé-Giral par Montpellier- il faut réagir. En attendant de voir ce que cela donnera sur le terrain mercredi soir contre Biarritz, notons de quelles manières ce résultat a été accueilli à chaud à la lecture des réactions des uns et des autres, notamment dans l'Indépendant.

- Il y a la lucidité froide de Paul Goze. L'homme est tout sauf un emporté et s'il n'est pas le genre à en rajouter mais ses phrases ne sont pas non plus vides de sens. Un exemple : "Une défaite sur notre terrain est quelque chose qui marque un vestiaire" (Comprenez : "Les joueurs se doivent une revanche"). Sinon, l'homme est un adepte du balancement, histoire de prouver qu'il peut comprendre mais qu'on ne la lui fera pas deux fois. "On avait des absents mais on a aussi loupé notre match" et "Il n'y a pas le feu mais on doit immédiatement redresser la barre à l'extérieur".

- Il y a la sagesse de Jacques Brunel qui rappelle que "tous ceux qui, l'an passé, ont fait un bon parcours ont perdu à domicile" ou encore "un championnat marathon" qui "nous permettra de rebondir". Il ne s'attarde pas sur le fait d'avoir fait jouer Guirado et Mas à Brive, pari perdu finalement payé contre Montpellier, prouvant que la sagesse n'est pas forcément pour lui la prudence.

- Il y a la sportivité de Béchu et Galthié, les entraîneurs montpelliérains. "Ce n'est pas donné à tout le monde de gagner ici mais on ne fait pas les malins. On est conscients que Perpignan était très diminué", dit le premier. Le second, qui a connu Brunel à Colomiers, se dit désolé auprès de lui et conclut à propos de l'USAP : "On a mis le coeur et le ventre qu'elle sait mettre dans son rugby. J'aime vraiment cette équipe catalane et je la respecte beaucoup". Et ces propos sont finalement ceux qui rassurent le plus.

- Il y a enfin l'apparente tranquillité des Biarrots, aussi mal lotis que l'USAP (deux défaites dont une à l'extérieur) mais qui voient des raisons d'espérer dans leur défaite à Agen : "On va aller à Perpignan avec des ambitions, prévient Serge Blanco. Je ne suis pas inquiet pour la suite". Il n'a pas, c'est vrai, les problèmes d'effectif des Catalans.

28/08/2010

L'USAP tombe dans le piège

Une indep.jpg
Et voilà à quoi ça sert de prévenir... Il y avait l'ombre d'un pressentiment dans la "une" de l'Indep de ce samedi matin de derby USAP-Montpellier. Et les Catalans sont effectivement tombés dans le piège qui s'ouvrait, béant, sous leurs pieds.

Mais reconnaître un danger, ce n'est pas forcément l'éviter et les Catalans étaient manifestement trop affaiblis (17 absents), les Montpelliérains visiblement trop en forme (une victoire contre le Racing) pour ne pas en arriver là.

La victoire des hommes de Béchu et Galthié (16-6, un essai de Trinh-Duc à la 73e et des pénalités) est la première à Perpignan de la jeune histoire du MHRC. Il s'agit également de a première défaite des Catalans sur leur terrain depuis 25 matches. La venue de Biarritz mercredi soir sera chaude bouillante.

Les Perpignanais, qui n'ont inscrit qu'un essai depuis le début du championnat, ont été largement dominés en conquête (touche et mêlée) ainsi que dans le jeu au pied.

L'USAP avec Marty contre Montpellier

Dix-sept... C'est le nombre de joueurs de l'effectif de l'USAP qui ne peuvent être alignés contre Montpellier.

Il y a les blessés (Tincu et Géli les deux talonneurs, Olibeau, Britz, Sid, Planté, Porical, Le Corvec et Tuilagi et bien-sûr les "maudits" du numéro 10 Mélé, Hume, Laharrague, Edmonds).

Il y a le "vengeur masqué" suspendu, Guillaume Vilacéca toujours pas passé en commission de discipline (c'est pour mercredi).

Il y enfin les internationaux Mas, Guirado et Mermoz qui doivent observer leur "tour" de repos à l'occasion de ce match.

Pour composer son équipe, Jacques Brunel a préféré Boulogne à Bosch au poste de numéro 10 et l'espoir Michel au sud-africain Burger à l'arrière. Enfin, David Marty, au repos à Brive, est de retour.

L'USAP contre Montpellier : Michel - Candelon, Marty, Grandclaude, Battle - (o) Boulogne, (m) Cazenave - Guiry, Chouly, Perez - Tchale-Watchou, Alvarez-Kairelis - Pulu, Delonca, Freshwater.

Remplaçants : Schuster, Bourruste, Vivalda, Taofifuena, Tonita, Bosch, Burger, Brison.

27/08/2010

Montpellier avec Paillaugue en 10

Les internationaux de Montpellier, François Trinh-Duc et Gulgence Ouedraogo seront sur le banc à Aimé-Giral. Une façon pour Montpellier d'aviser et de sortir éventuellement ses atouts en fin de rencontre si une occasion de présente.

De toute façon, le jeune ouvreur Benoît Paillaugues (19 ans) n'a que de bons souvenirs de l'USAP. Il avait inscrit les 18 points de la victoire montpelliéraine face aux Catalans la saison dernière. C'était la première défaite de la saison pour Perpignan et nous en étions à la deuxième journée.

Côté Perpignanais, Delonca devrait être aligné au talonnage alors que Michel devrait être préféré à Burger à l'arrière et Boulogne à Bosch à l'ouverture.

L’équipe de départ :
Alcalde - Bérard, Mirande, Rees, Bustos Moyano - (m) Fernandez, (o) Paillaugue - Giraud, Vallée (cap), Bost - de Marco, Uva - Jenti, Caudullo, Chobet

Remplaçants :
Ladhuie, Petit, Gorgodze, Ouedraogo, Tomas, Trinh-Duc, Doumayrou, Thiart

Pas de miracle pour Guirado

DELONCAS_2.jpg
Il n'y a bien sûr pas eu de miracle. La Ligue nationale de rugby a refusé à Guilhem Guirado et participer à la rencontre contre Montpellier samedi malgré l'épidémie de blessure qui affecte l'effectif catalan et notamment le poste de talonneur où Tincu et Géli sont blessés.

La règle d'un match de repos à accorder aux internationaux est, il est vrai, déjà dérogatoire. Le syndicat provale a déjà accepter de réduire à une seule rencontre le temps de récupération des internationaux cet été. Et l'USAP, qui en compte un grand nombre, doit donc faire sans. Ce sera donc le jeune Maxime Delonca (photo Harry Jordan dans l'Indépendant) qui tiendra le poste de talonneur, son remplaçant étant Damien Brison. Le premier est un ancien pilier reconverti, le second un pilier.

Le groupe : Bourrust, Pulu, Brison, Freshwater, Schuster, Delonca, Tchale-Watchou, Alvarez-Kairélis, Taofifenua, Vivalda, Guiry, Tonita, Chouly, Perez, Cazenave, Boulogne, Bosch, Grandclaude, Marty, Candelon, Michel, Batlle, Burger

21/08/2010

Brive n'est pas le Camp Nou

camp_nou-renovation_1998.jpg

Est-ce une impression ou l'USAP devrait être un poil plus déterminée début avril 2011, lorsqu'elle pourrait affronter Toulouse au Camp Nou de Barcelone que ce qu'elle était vendredi soir à Brive (défaite 26-11) , Il n'y aura pas beaucoup de rapports entre les deux événements et, sans vouloir se montrer moqueur, la perspective de se produire dans l'un des stades les plus mythiques du monde représentera autre chose que ce déplacement qui n'était pas du genre a enflammer les imaginations, à part celle des petits jeunes, visiblement surpris par la ddétermination d'un adversaire au pied du mur.

La grosse affaire, donc, c'est ce match au Camp Nou -contre Toulouse le 1er ou le 2 avril- qui pourrait être finalisé lors de la visite du nouveau président du Barça, Sandro Rosell le 1er septembre à Perpignan. Le coup serait énorme, le défi aussi puisqu'il faudra remplir le stade et, pour finir, on remarquera qu'en quatre saisons, Paul Goze aura réussi à engager le meilleur joueur du monde, à remporter un Bouclier attendu depuis 54 ans et donc à faire jouer l'USAP sur la pelouse du Barça. Soit les trois principaux fantasmes du club.

Ici l'article d'Avui-El Punt.

14/08/2010

Dans les règles de l'art

Il y a eu de la sueur, beaucoup de sueur, du sang, après la faute sur Privat qui a valu un carton rouge à Vilaceca, et des larmes au moment de la blessure de David Mélé, nouvel épisode de la malédiction de numéro 10. Et l'USAP a donc pris la revanche du finaliste en battant Clermont 21-13, le champion en titre repartant de Perpignan sans même le point de bonus.

Ils auraient pu, pourtant, espérer mieux une fois passée la première demi-heure le mieux du monde. Pourtant submergé par la domination et la détermination de l'USAP, le finaliste menait 7-6 grâce à un essai en contre de Nalaga et en raison du manque de réalisme catalan. En position idéale pour s'imposer à l'extérieur, donc, Clermont a pourtant manqué de ballons précieux en touche. Alvarez-Kairelis et Chouly ont signé une performance énorme sur les touches défensives, relayés au sol par l'activité surnaturelle de Tchalé-Watchou.

L'USAP a donc gagné dans les règles de l'art si particulier des grandes soirées à Aimé-Giral. Ardeur défensive, lucidité offensive (deux drops de Mélé) et énorme présence en conquête, le tout touillé dans le tourbillon d'une ambiance des grands soirs. Cette première victoire avait la beauté sauvage des gros combats à défaut de celle des grandes rencontres de rugby.

Le gros coup dur, c'est que les absences continuent de s'accumuler. Après Laharrague et Hume, Manny Edmonds (claquage à l'échauffement) et David Mélé (semble-t-il une entorse du genou, le ligament lattéral externe étant touché), l'ouvreur pour Brive devrait être Gilles Bosc pendant que l'on peut penser au la faute de Vilaceca, un rucking volontaire au visage de Privas à terre) lui vaudra une longue suspension.

11/08/2010

Think different

logo_think.jpg

Think different. D'accord, le rapport entre la firme Apple et l'USAP est loin d'être évident. Les tablettes, peut-être : l'I-pad et le Bouclier de Brennus. Mais le slogan semble bien s'adapter à la situation originale des Perpignanais dans le paysage du Top 14.

Le club, pourtant, avait été une des premiers à donner le ton, au début des années 2000, à une mondialisation de son effectif effectuée à grandes brassées (un tiers au moins de départs et d'arrivées chaque intersaison). Une façon de faire quasi banale maintenant et pratiquée au carré par les plus grands clubs lancés dans une frénétique course à l'armement.

Et pendant ce temps, c'est à dire depuis 3 ans, l'USAP se montre de plus en plus minimaliste dans son recrutement. Le club qui recrutait il y a trois ans le meilleur joueur du monde fait désormais rempiler pour trois mois un ancien joueur, il est vrai pas si vieux (Manny edmonds n'a que 33 ans).

Les supporters qui n'ont pas besoin de cela pour s'inquièter se posent donc quelques questions, l'intérêt médiatique s'amenuise et les entraîneurs de Top 14 interrogés par Midi-Olympique ne font pas de l'USAP un de leurs favoris. Le club, lui, assume, (Jacques Brunel dans l'Equipe) avec une belle confiance et un façon délibérer d'affirmer une façon de penser différente. Après tout, c'est sur le terrain que ça se passe et ça commence vendredi...
(Le photo ne représente pas Jean-Pierre Pérez)

07/08/2010

Ambiance camping et chabalmania

photo.jpg
Un petit 6400 spectateurs, un gros embouteillage devant la porte des vestiaires pour apercevoir Sébastien Chabal et lui faire signer un autographe. C'était ambiance camping et chabalmania à Aimé-Giral, presque à en oublier que le championnat reprend la semaine prochaine. N'empêche, Clermont sera bientôt là et cela implique-t-il qu'il faille s'inquiéter entre deux craquements de sel sur la peau ?

Bon, à première vue pas tant que cela. L'USAP n'a pas utilisé toutes ses forces dans cette rencontre, elle a construit de beaux mouvements récompensés par deux essais (Candelon est en jambes pour son retour) mais a raté aussi quelques occasions importantes. Disons que la puissance, l'organisation et quelques grosses individualités du Metro-Racing lui ont posé des problèmes qui rendent la victoire des parisiens logique.

L'équipe de Berbizier est un bon gros moteur diesel -avec quelques turbos- plutôt déjà bien réglé et qui exige de l'adversaire de gros efforts pour récupérer le ballon, ce que les Catalans, qui ont semblé quelquefois fatigués, ont fini par payé. Bref, le sentiment après le match, c'est que les enseignements sont plus clairs d'un côté que de l'autre : le Metro-Racing s'annonce particulièrement pénible. L'USAP ? Wait and see...