05/06/2010

Au Cap des bonnes espérances

Cape Town 3.jpg


Quel meilleur endroit que le Cap de Bonne Espérance pour conclure la saison de l'USAP ? Après le décevant épilogue de la finale, cinq joueurs perpignanais construiront un nouvel espoir en affrontant les Springboks dans une semaine à Cap Town. Réunis depuis le 2 juin à Marcoussy, les cinq catalans retenus (Mas, Guirado, Mermoz, Marty et Porical) vont se frotter ensemble à la volonté de revanche des Springboks, sécoués en novembre dernier à Toulouse.

Ils sont moins nombreux que les Clermontois (Domingo, Pierre, Bonnaire, Parra, Malzieu et Rougerie) mais probablement moins usés compte tenu de la formidable fête qui a suivi la conquête du Brennus ramené place de Jaude.

La saison dernière, Nicolas Mas, Maxime Mermoz et Guilhem Guirado étaient parti en Nouvelle-Zélande directement après la finale, sans passer par la case Perpignan et le club de plage de David Marty.

Pour ces cinq joueurs, se frotter au très haut niveau après la déception du Stade de France n'est pas une mauvaise chose. Jérôme Porical, par exemple, aura peut-être l'occasion de se rebondir en se coltinant un challenge tout neuf et largement mérité au vu de sa saison.

Et puis, les sélectionnés du XV de France vont vivre une expérience plutôt insolite. La veille du test qu'ils joueront au Cap, ils assisteront, dans la même ville mais pas dans le même stade, à la rencontre France-Uruguay de football. L'organisation d'un événement sportif de la taille de ce test France-Afrique du Sud a d'ailleurs requis un accord exceptionnel de la Fifa. Deux matches de suite, ce ne sera pas de trop pour faire briller le bleu.

22/03/2010

Grands "chelemards" catalans

MAS-2-1.jpg

L'entraîneur et le manager du XV de France qui vient de remporter le Grand Chelem 2010 sont d'anciens joueurs de l'USAP. En plus de Marc Lièvremont et de Jo Maso, Jean Dunyach, vice-président de la FFR responsable des équipes de France, est lui-aussi catalan même si sa carrière l'a mené de Thuir à Agen sans passer par le club perpignanais. Deux joueurs en activité, Mas et Marty, ont participé à l'aventure. Le point sur les Grands Chelemards de l'histoire de l'USAP.

 

1968 : Hey Jo. Au coeur des "swinging sixties", les cheveux longs de Jo Maso font encore scandale en équipe de France et son style aérien et libéré ne passe pas toujours à Aimé-Giral (centre de 64 à 68, Jo jouera ensuite à Toulon et Narbonne). Qu'importe, le catalan participe au premier Grand Chelem de l'histoire du XV de France. A Cardiff, l'Arms Park est encore en bois, il y a encore des mineurs au Pays-de-Galles et la fête à Cardiff a l'insouciance de ces années-là.

1977 : Anarchy in the UK. Comme les 14 autres joueurs de ce grand Chelem historique, Jean-François Imbernon a disputé la totalité des matches de cette épopée sauvage et belle qui a fait trembler la Grande-Bretagne. Au sein d'un pack "d'animaux" (selon la presse British) "Jef" forme avec Michel Palmié une deuxième ligne de légende. Regroupés au sein des "Barbarians", cette génération restera très unie et influente dans le rugby français.

1981 : Bohemian Rhapsody. Vainqueur comme joueur, Jacques Fouroux l'est également comme entraîneur. Il se trouve un héritier sprirituel, Pierre Berbizier, et fait appel aux vieux guerriers, notamment à Jean-François Imbernon qu'il considère comme indispensable. Il fait équipe avec Daniel Revailler et pousse derrière Robert Paparemborde. C'est le deuxième Grand Chelem pour le deuxième ligne de l'USAP qui gagne ses galons d'avant légendaire du XV de France.

 

1998 : Blue Brothers. En 1987 et 2002, aucun joueur de l'USAP ne participe au Grand Chelem. En 1998, en revanche, Thomas Lièvremont est capitaine de l'équipe catalane et réussit un grand match pour sa première sélection en numéro 8 face à l'Angleterre au Stade de France. A ses côtés, son frère Marc qui jouait la saison précédente encore à Perpignan et vient d'être transféré au Stade Français. Thomas contribuera également à la venue de raphaël Ibanez l'année suivante à l'USAP et remportera un autre Tournoi, en 2004. a ce moment-là, il portera les couleurs de Biarritz.

2010 : MASive attack. Deux joueurs participent à ce Grand Chelem drivé par un encadrement catalan. A 30 ans, Nicolas Mas est au sommet de son art. Il cale le côté droit de la mêlée française et monte en puissance à mesure que passe le Tournoi. Très bon à Cardiff, il est le symbole du courage tricolore pour la victoire décisive contre l'Angleterre et réussit même l'exploit de rendre crédible le Talent d'or. Son compère David Marty a été confronté, au centre à la concurrence du surpuissant Bastareaud. Deux essais contre l'Italie, deux très bonnes rentrées contre Galles et surtout l'Angleterre démontrent qu'il faut compter avec lui.

14/02/2010

La mêlée, la mêlée et la mêlée...

photo_1266085461993-1-1.jpg

"Dans le commerce, on dit que l'important c'est 1. L'emplacement, 2. L'emplacement et 3. L'emplacement. En rugby, c'est 1. La mêlée, 2. La mêlée, 3. La mêlée". Bernard Laporte, auteur de cette sentence, a toujours eu le sens du commerce, de la formule et un goût immodéré pour la mêlée.

Après deux matches du XV de France dans le Tournoi 2010, l'équipe de Marc Lièvremont, beaucoup plus retenu dans son discours, montre qu'il n'est pas moins conscient de ces priorités.

Sa mêlée est très solide et, comme par hasard, la troisième ligne (fantastique Harinordoquy) et la charnière (Parra et Trinh-Duc) brillent.

Clé de voute de la structure, le pilier droit Nicolas Mas confirme à l'Indépendant les bonnes sensations du cinq de devant tricolore. En toute logique, il devrait disputer un troisième match consécutif au Pays-de-Galles. David Marty, qui a joué les utilités à l'aile, devrait également figurer dans un groupe où s'affirme le duo Jauzion -Bastareaud.

Le groupe vainqueur contre l'Irlande a été intégralement reconduit contre le Pays-de-Galles. Nicolas Mas et David Marty ne joueront donc pas le match Montauban-USAP de ce week-end.

08/02/2010

Tournoi et Usapistes

Deux Catalans ont participé au premier match du tournoi des VI nations du centenaire. Nicolas Mas a joué un peu plus d'une mi-temps alors que David Marty a participé à la fin du match en remplacement de Mathieu Bastareaud, auteur des deux essais de la partie.

Nicolas Mas a accompli avec efficacité son boulot de pilier droit. Comme presque toujours face à l'Ecosse, c'est devant , notamment en mêlée, que les Français ont mis au supplice le pack écossais, traditionnellement beaucoup trop léger. Du bon travail, en grande partie anonyme pendant que Domingo, côté gauche, se révélait et confirmait que la France, décidément, se débrouille toujours pour sortir de grands piliers.

David Marty est forcément resté dans l'ombre de Bastareaud. Très attendu pour son retour en bleu après les bleus d'Auckland, Mathieu Bastareaud a forcément marqué les esprits en inscrivant les deux essais français. Marty joue au même poste que lui, deuxième centre, comme le confirme le remplacement opéré par Marc Lièvremont. Grosse concurrence en vue donc pour Marty. Mais ça n'a jamais été facile pour le Catalan en équipe de France et il est toujours là, avec la confiance de son entraîneur.

Maxime Mermoz profitera-t-il du Tournoi ? Difficile de ne pas penser qu'un duo Mermoz-Bastareaud, très complémentaire sur le papier, intéresse l'encadrement du XV de France. Le centre catalan, actuellement blessé, peut-il revenir avant la fin de la compétition ? Lui l'espère mais le calendrier très serré risque de l'en empêcher. Son retour en championnat pourrait intervenir le 20 février contre Montauban. La France se déplace au Pays de Galles le vendredi suivant (le 26). C'est court.

 

13/01/2010

Et pourquoi pas Porical ?

JLB-DIAPO-HARRY021.JPG

Robbins Tchalé-Watchou en équipe de France ? Depuis que le deuxième ligne de l'USAP a dominé Lionel Nallet -et de quelle manière- lors de la réception du Metro-Racing, l'éventualité de sa sélection est évoqué par Marc Lièvremont lui-même. Appelé pour le Tournoi, il pourrait se flatter de vivre une ascension fulgurante qui n'est cependant pas une garantie de réussite. Un envol en tournée après, par exemple, des phases finales réussies serait une façon plus progressive d'aborder le haut niveau que le Tournoi, avec ses matches piège et son énorme impact médiatique.

Un Jérôme Porical semble, lui, plus mûr pour se tester dans le grand bain. Il joue depuis plusieurs saison au haut niveau, réussit très régulièrement de très bonnes productions contre les grosses équipe et il évolue à un poste où les certitudes ne sont pas très nombreuses, surtout depuis la blessure de Traille. Sans compter que Jérôme Porical est buteur. Avec lui, Marc Lièvremont multiplie ses possibilités puisqu'il est plus tenu par l'obligation d'un demi-de-mêlée buteur.

15/11/2009

Turn-over international

DUV12_RUGBY-FRANCE-_1113_11.jpg

Mermoz, Marty et Mas, les trois "M" de l'USAP tombeurs des Springboks pourraient se retrouver, dans 15 jours, face à la Nouvelle-Zélande. En attendant des retrouvailles marseillaises avec Dan Carter (qui pourrait d'ailleurs s'offrir quelques jours "français" supplémentaires), Mermoz, légèrement touché, ne sera pas en bleu cette semaine. En revanche, Guilhem Guirado a été appelé dans le groupe qui affrontera les Samoa, Servat étant également laissé libre.

Samedi, au Stade de France, il retrouvera dans la maison d'en face Henri Tuilagi, leur coéquipier, qui ne s'est reposé que 10 minutes contre le pays de Galles, le temps d'un carton jaune. La veille, l'USAP aura affronté Albi dans le Tarn sur le terrain du Stadium sans Tuilagi, Mermoz, Mas, Marty et Guirado et sur un terrain qui ne lui rappelle pas que de bons souvenirs.

L'équipe de Brunel avait connu la défaite au Stadium en 2007 (21-16) mais c'est surtout la déconvenue de 2006 (les Catalans battus 17-6) qui reste dans les mémoires par la leçon reçue en mêlée et la crise provoquée. Il est vrai qu'il y avait presque autant de crises à l'époque que de fêtes de village avec les bouclier aujourd'hui.

09/11/2009

Maillot bleu pour Mas et Mermoz

tsusap2.jpg

Maxime Mermoz sera aligné au centre de l'attaque tricolore, vendredi soir à Toulouse, aux côtés de Yann David. Nicolas Mas sera, de son côté, titulaire au poste de pilier droit. David Marty est sur le banc des remplaçants pendant que Guilhem Guirado fait partie des joueurs renvoyés dans leurs foyers comme Frédéric Michalak et Yannick Jauzion. Pour le talonneur catalan, ce n'est pas forcément une mauvaise chose dans la mesure où il avait été victime d'un traumatisme cervical contre Castres.

Les deux titularisations de Mermoz et Mas étaient attendues. Marc Lièvremont a avoué avoir longtemps hésité à aligner une paire de centre 100% catalane avec Mermoz et Marty avant de finalement préférer l'explositivité du néo-toulousain.

Si le sélectionneur a construit un pack très solide, il a renoncé à l'option kilogramme au milieu du terrain. Jauzion n'est pas là, Traille est à l'arrière. François Trinh-Duc et Maxime Mermoz auront donc d'abord une redoutable partition défensive à assurer face à des Springboks habitués à venir "taper" là.