18/12/2009

C'est Red Army et bonnet rouge

bonnet.jpg

Dimanche, la Red Army, les suporters tout en rouge du Munster, débarquent à Perpignan. Il n'y a plus de places assises à vendre à Aimé-Giral et les fantastiques supporters irlandais vont débarquer en ville comme une armée de Père Noël.

La tradition, également très présente en Angleterre, est effectivement de se coiffer d'un bonnet de "Santa Claus" pour se rendre au stade. Pendant le "boxing day" cher aux footballeurs, c'est très habituel et, dans le cas du Munster, la tradition est d'autant plus suivie que la couleur rouge du club est la même que celle du Père Noël.

La Red Army est une sorte de cadeau pour les buvettes du stade mais aussi les marchés de Noël de la ville. Sur le terrain, ce sera une autre affaire. Pour l'amateur de rugby, en revanche, un USAP-Munster, c'est un beau cadeau.

13/12/2009

Aimé-Giral sur "google street"

GoogleEarth_Image(2).jpg

La ville de Perpignan est, depuis peu, passé au scaner de "google street". Cette application du fameux "google earth",  fantastique gadget qui permet de zoomer sur n'importe quel point de la terre à partir de photos aériennes ou satellites, consiste à prendre des photos de toutes les rues de toutes les villes du monde.

Le fameux porche d'Aimé-Giral est donc désormais visible (photo) par tous les citoyens du monde qui disposent de google earth. Dommage simplement que les prises de vue aient été faites pendant la construction de la tribune Goutta. Celle-ci n'est pas terminée lorsque l'on remonte les allées Aimé-Giral photo après photo. Sur la vue aérienne, elle n'est même pas commencée.

11/12/2009

Un petit point trop loin

Un petit point trop loin. L'USAP s'est inclinée 24-23 au Thomond Park de Limerick. Une pénalité de Ronan O'Gara à cinq minutes de la fin a mis fin aux espoirs de victoire nés d'un essai incroyable de Phil Burger, remontant le terrain sur 60 mètres après avoir réceptionné une chandelle.

Le point de bonus permet cependant aux Catalans de croire encore à une qualification possible. Il faudra pour cela battre le Munster dimanche prochain à Aimé-Giral et, en suivant, s'imposer à Northampton. C'est loin d'être irréalisable compte tenu de ce que l'USAP a montré en Irlande.

Les Catalans ont joué "en contre" marquant deux essais en première mi-temps par Vivalda et Durand. Mais s'ils ont su résister sans prendre d'essai aux vagues rouges du Munster, ils n'ont pu éviter de commettre des fautes dont O'Gara (auteur de tous les points de son équipe), s'est régalé.

Toujours aussi étouffant, le jeu irlandais a accompli son travail de sape. Il aurait peut-être fallu tenir le ballon plus longtemps mais c'est justement dans ces moments-là que le Munster s'est montré le plus dangereux.

Les naufragés de Barcelone sont arrivés en Irlande

Après que leur bus se soit enflammé à l'entrée de Barcelone, (voir ici le site de l'Indépendant) un groupe de supporters de l'USAP est arrivé vendredi en début d'après-midi à Dublin, en Irlande. Débrouillards, les Catalans ont réussi à rejoindre l'aéroport pour prendre leur avion, lequel les avait attendus. Il faut ensuite deux heures et demi de route (en bus !) pour rallier Dublin à Limerick où se trouve le Thomond Park.

 

10/12/2009

Epreuve en troisième ligne

Guyri.jpg

Guiry, Parent et Vivalda vont s'attaquent à la montagne contre le Munster vendredi soir au Thomond Park. Condamnée à l'exploit, l'USAP se déplacera avec une troisième ligne totalement inédite compte tenu de la cascade de blessures dont l'équipe est victime dans ce secteur. En face, il faudra se frotter à Wallace, Leamy et Quilan, troisième ligne expérimentée et de haut niveau.

Munster : Warwick - Howlett, Earls, Mafi, D. Hurley - (o) O'Gara, (m) O'Leary - Wallace, Leamy, Quilan - O'Connell (cap), O'Callaghan - Hayes, Fogarty, du Preez.

Remplaçants : Varley, Darragh, Hurley, Buckley, M. o'Driscoll, Ryan, Ronan, Stringer, J. de Villiers.

USAP :
Porical, Sid, Marty, Mermoz, Burger - (o) Hume, (m) Durand - Guiry Parent, Vivalda - Tchale-Watchou, Olibeau - Mas (cap), Guirado, Freshwater.
Remplaçants : Tincu, Schuster, Alavrez-Kairelis, Géli, Melé, Grandclaude, Burger, Pulu.

Arbitre  M. Barnes (Ang)

Voyage à Thomond Park

ThomondPark_Stadium_new.jpg

Le Thomond Park est une sorte d'Aimé-Giral celtique. Jusqu'à il y a deux ans, c'était un vieux stade fait de marches de béton, où s'entassait le public. Depuis, il a été modernisé en cherchant à conserver sa personnalité.

Thomond Park reste donc, pour les équipes de rugby qui s'y déplacent, un lieu d'initiation. Les gradins vibrent de la ferveur d'une foule compacte, indifférente à la pluie, au froid humide, au vent qui transperce. Les chants sont beaux, le silence qui accompagne les tentatives des buteurs aussi pesant que tous les sifflets du monde.

Le public sait même être drôle. En 2002, lors du seul match à ce jour de l'USAP au Thomond Park (perdu 30-21 après un match mémorable), un supporter usapiste, maillot sang-et-or et crinière blonde au vent, s'était lancé dans une longue et solidaire diatribe contre l'arbitre. Le tout dans un excellent anglais, les supporters autour de lui acclamant la fin de son discours comme celui d'un député à l'assemblée.

vieux.jpg

Ce match réparait un rendez-vous manqué en 1998 avec le Thomond Park. Des inondations avaient obligé Irlandais et Catalans à jouer à Cork et non à Limerick dans un autre vieux stade, le Musgrave Park, qui n'a pas le centième du charme et de la magie du Thomond Park.

Les photos : l'ancien et le nouveau Thomond Park de Limerick, l'antre du Munster.

05/12/2009

Au centième de seconde

L'USAP n'a pas arraché contre Montpellier le point de bonus que sa production sérieuse à défaut d'être géniale aurait dû lui apporter. Le point s'est envolé pour une poignée de centième de seconde lorsque Porical a joué un deux contre un avec Burger. Le Sud-Africain est arrivé un tout petit peu trop vite, la passe de Porical a été déclenchée un tout petit peu trop tard. Un coup gagnant aurait offert le troisième essai.

Les Perpignanais, en tout cas, sont toujours en haut du classement avec un match en moins, Castres s'étant incliné à Bourgoin. Et Jérôme Porical, auteur de 19 points a réussi une prestation très intéressante.

01/12/2009

Un point sur la situation

La rencontre entre l'USAP et Montpellier prévue samedi 5 décembre a été repoussée à 16 h 30. Elle servira à remplacer au pied levé, devant les caméras de Canal+, un éventuel report du match Stade Français-Bayonne.

Une question reste posée : pourquoi la ligue a annulé un match pour un seul cas de grippe. Un très bon point de la situation avec ce lien.

27/11/2009

Dix-huit et trois qui font 21

quarantaine.jpg

Bayonne-USAP a été reporté pour cause de grippe A. Ce matin, l'Indépendant annonçait 18 absents entre les blessés et les sélectionnés dans l'effectif de l'USAP qui devait se rendre samedi à Bayonne.

Et voilà que s'ajoutent trois... grippés, ce qui fait 21. Mais, les mesures sanitaires étant ce qu'elles sont, la rencontre a été reporté. Petit détail : le collège Pons et le lycée Saint-Louis-de-Gonzagues, tout près d'Aimé-Giral, étaient fermés cette semaine à cause de la grippe. Le "cordon sanitaire" n'a donc pas été suffisant... Que tout le monde se soigne, la quarantaine est décrétée jusqu'à mercredi.

21/11/2009

Running gag à Albi

That_Makes_Me_Angry.jpg

C'est une sorte de running gag. Une plaisanterie dont l'effet comique ne vient qu'avec la répétition. Dans le cas de l'USAP, ce qui est drôle, ce n'est pas tant la troisième défaite consécutive à Albi, la réédition des déconvenues de Trévise ou Bourgoin, ce sont les grands discours mobilisateurs d'avant match. Genre, "on est prévenu, on le sait, cette fois on va pas se faire avoir"....

A l'arrivée, les mêmes causes produisent les mêmes effets. Comme un boxeur qui aurait multiplié les mises en scènes avant de s'écrouler au premier round au moment du combat, l'USAP a eu besoin d'une mi-temps pour se hisser au niveau de combativité nécessaire. L'équipe a bien réagi ensuite mais deux décisions d'arbitrage -une erreur et un commandement à la Ponce Pilate sur la dernière mêlée- ont empêché que l'erreur soit rattrapée.

L'USAP, l'un des clubs du Top 14 où la culture de combat est la plus enracinée, n'arrive pas à se mettre en colère lorsqu'elle ne se sent pas en danger.