03/01/2010

Very bad (boxing) day

Après les 22 points encaissés à Toulouse, l'USAP est repartie de Brive avec une défaite encore plus sévère dans les valises (29-9). Le boxing day vire au bad trip pour les Catalans qui ont, par ailleurs, perdu leur paire de centre Mermoz-Marty assez vite en début de partie. Marty a été victime d'une béquille alors que l'on craint, pour Mermoz touché à l'épaule, souffrirait d'une micro-fracture.

Les Perpignanais ont encaissé trois essais à Brive, dont deux dans les dernières minutes. C'est leur quatrième défaite consécutive après le double échec contre le Munster et celui du Stadium. La défense catalane a encaissé 112 points pendant cette très mauvaise période (28 en moyenne par rencontre) et les deux cartons jaunes récoltés à Brive (Tincu et Sid) démontrent que l'indiscipline est de retour, comme le stigmate de la nervosité d'une équipe qui tente de retrouver sa lucidité de l'année 2009.

Moins grave que prévu pour Mermoz (mise à jour le 05/01. Trois semaines à un mois d'arrêt. La blessure de Maxime Mermoz, une "sub-luxation avec hématome traumatique"de l'épaule gauche va cependant probablement le priver des débuts le Tournoi des VI nations avec le XV de France. Le point complet ici.

30/12/2009

Mal payé mais pas bien travaillé non plus

Au contact au score pendant toute la partie, dominateurs territorialement pendant de longues minutes, notamment en première mi-temps, les Catalans repartent du Stadium de Toulouse sans une victoire qui semblait longtemps à leur portée et sans même le point de bonus. Les Toulousains, victorieux 22-11 sur un essai de voleur de Clément Poitrenaud interceptant une passe d'Alvarez-Kairelis, ont eu de la réussite. Mais pas seulement.

Ils ont aussi fait la preuve d'une maîtrise et d'une intelligence tactique qui leur ont permis de se sortir du piège. Malgré leurs lacunes en conquête, une réelle impuissance à franchir la défense perpignanaise, les Toulousains ont su produire un rugby hyper-lucide à zéro faute.

Ils ont mieux travaillé leur match que l'USAP, manquant de lucidité, d"efficacité sans son occupation du terrain et qui, malgré un essai de Britz, les Perpignanais ont laissé passé des situations favorables dans les 22 mètres toulousains en première période. Les Catalans sont forts mais vont devoir travailler les détails.

16/12/2009

Paul Goze dans une maison qu'il connaît bien

goze.jpg

Paul Goze vient d'être élu au comité directeur de la Ligue Nationale de Rugby en battant Mourad Boudjellal, le président de Toulon, par 33 voix contre 21. Le duel entre les deux hommes était intéressant et pas seulement parce qu'ils s'étaient déjà affrontés lors du recrutement de Dan Carter. Par rapport à Boudjellal, Goze est en effet un "modéré" dans son approche de la professionnalisation du rugby contrairement à celui de Toulon, plus proche d'un Max Guazzini ou René Bouscatel dans sa volonté de pousser plus loin la logique professionnelle.

"Si on se réfère au vote, il y a une majorité encore importante de clubs pour défendre une certaine modération dans l'évolution du rugby" a confirmé Paul Goze après son élection. La positionnement de l'homme sur ce problème est tout sauf une nouveauté. Il avait, par exemple, appuyé fortement Serge Blanco, partisan d'une transition douce de l'amateurisme au professionnalisme au travers d'un championnat à 16 clubs, lors des balbutiements de la Ligue de rugby en 1998.

Paul Goze, dès cette époque, est déjà membre du comité directeur de la LNR en tant que "personnalité extérieure" pendant près de 10 ans. Ce qui ne l'a pas empêché d'être actif dans la vie interne de l'USAP, son soutient à Dagrenat en 2000 ayant été décisif avant de s'y opposer et de lui succéder en 2007. A noter que Paul Goze a également été membre du comité directeur de la FFR pendant la première moitié des années 90, exerçant notamment la fonction de trésorier adjoint. Bref, ce n'est pas un petit nouveau qui débarquera rue de Liège, où se trouvent à la fois la ligue et la fédération.

05/12/2009

Au centième de seconde

L'USAP n'a pas arraché contre Montpellier le point de bonus que sa production sérieuse à défaut d'être géniale aurait dû lui apporter. Le point s'est envolé pour une poignée de centième de seconde lorsque Porical a joué un deux contre un avec Burger. Le Sud-Africain est arrivé un tout petit peu trop vite, la passe de Porical a été déclenchée un tout petit peu trop tard. Un coup gagnant aurait offert le troisième essai.

Les Perpignanais, en tout cas, sont toujours en haut du classement avec un match en moins, Castres s'étant incliné à Bourgoin. Et Jérôme Porical, auteur de 19 points a réussi une prestation très intéressante.

29/11/2009

Le scandale Manchester-Portsmouth

Cheri-Bibi.gif

Avram Grant, le nouveau manageur de l'équipe de Premier League anglaise de Portsmouth, va-t-il demander, à l'instar du président de Bayonne Francis Salagoïty, à récupérer sur tapis vert les points du match contre Manchester United ? La retransmission de cette rencontre du championnat d'Angleterre en France, sur Canal+ et en remplacement du match de rugby Bayonne-USAP, a certainement constitué une source de motivation supplémentaire pour les Reds, victorieux 4 buts à 1.

Nous serons bien sûr privés de ce rebondissement absurde dans l'affaire Bayonne-USAP mais il y en aura d'autres, n'en doutons pas. La déclaration de Pierre-Yves Revol, annonçant une enquête serrée et d'éventuelles sanctions contre l'équipe de Perpignan, indique que la Ligue nationale de rugby est sous pression après sa décision de reporter la rencontre Bayonne-USAP. Il doit composer avec la colère du président de l'Aviron bayonnais, bien sûr, mais aussi la mauvaise humeur de Canal+, privé d'un match pour lequel la chaîne avait déboursé 90 000 euros en raison de "l'évidente légèreté" (dixit le site internet de la chaîne cryptée) de l'USAP.

La non retransmission du match, remplacé au pied levé par le fameux Portsmouth-Manchester de football, pèse dans l'affaire aussi lourd que le dépit des Bayonnais qui se faisaient une joie d'affronter une équipe de l'USAP amoindrie. L'affaire rappelle la fameuse finale entre le XIII Catalan et Villeneuve de 1981, terminé en un peu plus d'une minute pour cause de bagarre générale. A l'époque, il avait fallu trouver, en catastrophe, un épisode de Chéri Bibi pour combler le vide d'antenne, hantise de tous les programmateurs.

Canal+, il est vrai, peut se poser la question de savoir comment une équipe ne comptant qu'un seul absent pour cause de grippe A peut faire demi-tour à Saint-Gaudens, sur le chemin de la rencontre. La réponse à cette passionnante question lors des prochains épisodes.

27/11/2009

Dix-huit et trois qui font 21

quarantaine.jpg

Bayonne-USAP a été reporté pour cause de grippe A. Ce matin, l'Indépendant annonçait 18 absents entre les blessés et les sélectionnés dans l'effectif de l'USAP qui devait se rendre samedi à Bayonne.

Et voilà que s'ajoutent trois... grippés, ce qui fait 21. Mais, les mesures sanitaires étant ce qu'elles sont, la rencontre a été reporté. Petit détail : le collège Pons et le lycée Saint-Louis-de-Gonzagues, tout près d'Aimé-Giral, étaient fermés cette semaine à cause de la grippe. Le "cordon sanitaire" n'a donc pas été suffisant... Que tout le monde se soigne, la quarantaine est décrétée jusqu'à mercredi.

21/11/2009

Running gag à Albi

That_Makes_Me_Angry.jpg

C'est une sorte de running gag. Une plaisanterie dont l'effet comique ne vient qu'avec la répétition. Dans le cas de l'USAP, ce qui est drôle, ce n'est pas tant la troisième défaite consécutive à Albi, la réédition des déconvenues de Trévise ou Bourgoin, ce sont les grands discours mobilisateurs d'avant match. Genre, "on est prévenu, on le sait, cette fois on va pas se faire avoir"....

A l'arrivée, les mêmes causes produisent les mêmes effets. Comme un boxeur qui aurait multiplié les mises en scènes avant de s'écrouler au premier round au moment du combat, l'USAP a eu besoin d'une mi-temps pour se hisser au niveau de combativité nécessaire. L'équipe a bien réagi ensuite mais deux décisions d'arbitrage -une erreur et un commandement à la Ponce Pilate sur la dernière mêlée- ont empêché que l'erreur soit rattrapée.

L'USAP, l'un des clubs du Top 14 où la culture de combat est la plus enracinée, n'arrive pas à se mettre en colère lorsqu'elle ne se sent pas en danger.

19/11/2009

Jeu à la main

stadium-albi-4f949a.jpg

 

 

Pas facile, vraiment pas facile d'exister au milieu d'une semaine comme celle-là. Même à Perpignan, l'USAP va devoir faire un effort pour se rappeler aux souvenirs de ses supporters à l'esprit occupé par une actualité sportive torrentueuse.

N'empêche, il va quand même falloir se déplacer vendredi à 19 heures sur la pelouse du Stadium d'Albi -un stade impersonnel, bricolé à partir d'un équipement qui sent bon les années 70- avec un ribambelle de joueurs absents et face à une formation adepte du guet-apens à l'ancienne.

On va donc faire un effort pour essayer de bâtir un improbable pont entre la "Mano de Dios" (chanson reprise par les joueurs de l'USAP et hommage à la main de Maradonna en 1986 contre l'Angleterre) et la main de Thierry Henry, pour ne pas trop penser à la chance offerte à David Marty face aux Samoas en vue de la rencontre face aux Blacks, aux plaquages de Tuilagi lorsqu'on se retrouve dans le camp d'en face, au tirage au sort des poules d Mondial le 2 décembre.

Bref, promis, on sera devant Canal+ Sports vendredi soir, histoire de voir si l'USAP va saisir cette superbe occasion de se conforter en tête au classement du Top 14, par exemple n faisant courir les avants albigeois. Le jeu à la main est à la mode.

15/11/2009

Turn-over international

DUV12_RUGBY-FRANCE-_1113_11.jpg

Mermoz, Marty et Mas, les trois "M" de l'USAP tombeurs des Springboks pourraient se retrouver, dans 15 jours, face à la Nouvelle-Zélande. En attendant des retrouvailles marseillaises avec Dan Carter (qui pourrait d'ailleurs s'offrir quelques jours "français" supplémentaires), Mermoz, légèrement touché, ne sera pas en bleu cette semaine. En revanche, Guilhem Guirado a été appelé dans le groupe qui affrontera les Samoa, Servat étant également laissé libre.

Samedi, au Stade de France, il retrouvera dans la maison d'en face Henri Tuilagi, leur coéquipier, qui ne s'est reposé que 10 minutes contre le pays de Galles, le temps d'un carton jaune. La veille, l'USAP aura affronté Albi dans le Tarn sur le terrain du Stadium sans Tuilagi, Mermoz, Mas, Marty et Guirado et sur un terrain qui ne lui rappelle pas que de bons souvenirs.

L'équipe de Brunel avait connu la défaite au Stadium en 2007 (21-16) mais c'est surtout la déconvenue de 2006 (les Catalans battus 17-6) qui reste dans les mémoires par la leçon reçue en mêlée et la crise provoquée. Il est vrai qu'il y avait presque autant de crises à l'époque que de fêtes de village avec les bouclier aujourd'hui.

04/11/2009

Hit The Road Henjak

Il y a eu Mick Taylor en concert au Médiator, il n'y aura pas Jonny Wilkinson sur la pelouse d'Aimé-Giral. Deux légendes anglaises en quelques semaines, cela aurait  peut-être fait beaucoup. Dommage. Et si l'ouvreur anglais aurait pu jouer le rôle du "Bon" dans un film de Sergio Leone, les supporters Catalans pourront se consoler en assistant au dernier match, sous le maillot toulonnais, de celui qui aurait pu être la "Brute", le demi-de-mêlée australien Matt Henjak.

Ce joueur est une sorte d'anti-Wilkinson. Il est aussi brun et dégarni que Jonny est blond est bouclé, aussi bagarreur et sanguin que l'autre est bien élevé, aussi instable que le champion du monde 2003 est le boss ! Premier wallabies à être expulsé d'une tournée en 2005 après une altercation en Afrique du Sud, il est expulsé de la Province de la Western Force après avoir cassé la machoire d'un coéquipier en  2008. Relancé par Toulon, il récolte en Top 14 quelques cartons jaunes.

0,,5885930,00.jpg

S'il joue son dernier match à Perpignan, c'est tout simplement parce qu'il est licencié par son club. La raison ? Il faut faire une place d'extra-communautaire à Felipe Contepomi dans l'effectif. Comme un vrai dur, il a pris son chèque sans rien dire et fera le boulot jeudi soir à Aimé-Giral. Il y a comme ça des gars qui ont le destin tortueux. Ils suivent une route bien à eux et ne reviennent jamais. Comme dans la chanson....