28/10/2010

L'USAP au Racing : décisif ?

Décisif le déplacement de l'USAP à Colombes pour y affronter le Racing Metro ? Probablement... Battus la semaine dernière à Toulouse, les Catalans sont à l'extérieur de la zone des qualifiés pour la Coupe d'Europe et laissent trop de points en route pour ne pas s'inquiéter. Enfin, après le Racing vendredi soir, ils affrontent Toulon jeudi à Aimé-Giral pour poursuivre la série des "gros bras".

Si l'USAP avait ramené le poin de bonus qu'elle méritait de Toulouse, la pression serait certainement moindre. Mais les Catalans n'y arrivent pas. Ils sont la seule équipe  ne pas avoir inscrit le moindre point de bonus.

Pour ce match à Paris, le Racing récupère deux atouts maîtres : Steyn et Fall dans la ligne de trois-quarts alors que le seul Marty renforce l'USAP Cette fois, cependant, il faudra ramener quelque chose.

24/10/2010

La défense a perdu la parole

Vous en voulez des stats ?

L'USAP vient de prendre 11 essais en trois matches. Quatre à Llanelli, deux à Aimé-Giral contre Trévise et cinq au Stadium. Dans le même temps, les Catalans ont certes marqué 12 essais mais le bilan n'est pas bon question résultats : deux défaites, une victoires.

Autre chiffre : l'USAP a encaissé 19 essais lors des 10 ptrmières journées de championnat, ce qui confirme que le mal est profond.

Problème : les Catalans ont conscience de leurs manques mais ne trouvent pas de solutions. Manque d'organisation (le turn-over en numéro 10, poste déterminant pour la défense est un handicap), mauvaise adaptation aux nouvelles règles, absence d'agressivité, pas assez de repères tactiques, troisième ligne trop lourde à laquelle il manque un "plaqueur-gratteur"...

Autant de pistes à suivre pour permettre aux Perpignanais, au réel potentiel offensif, de rééquilibrer leur jeu.

23/10/2010

L'USAP s'incline 5 essais à 2 au Stadium

tsmele.jpg

C'est une grosse défaite qui a longtemps avancé masquée. L'USAP a été battue au Stadium 38 à 29, 11 points d'écart et surtout 5 essais à 2 après avoir mené au score 13 à 3 au quart d'heure de jeu et même 22-20 en début de deuxième mi-temps. Le différentiel de réalisme entre des Catalans qui avaient su scorer à chaque incursion dans le camp adverse et le manque de précision de Skrela dans ses tentatives de coups de pied placés a entretenu une certaine illusion mais la large victoire de Toulouse est logique dans ce match hyper-spectaculaire qui a, en tout cas, montré une très belle image du rugby et des deux équipes.

Plus forts en mêlée, où visiblement ils étaient avides de revanche, et très impressionnants par leur volume de jeu, les coéquipiers d'un Byron Kelleher déchaîné ont donné le tournis à la défense catalane confirmant qu'elle était moins souveraine que la saison dernière. Delasau, Clerc, Kelleher, Servat et Poitrenaud ont marqué pour Toulouse, Mélé et Vilaseca pour Perpignan. L'USAP a fait preuve de beaucoup de culot en se lançant dans le défi du jeu mais a semblé le payer par un manque de maîtrise dans la gestion du match et de puissance dans les duels.

"Nous cherchions un match référence à l'extérieur, Toulouse aussi", a expliqué Julien Candelon au micro de Canal Plus avouant sans embage que les champions d'Europe avaient trouvé ce qu'ils cherchaient. Pas l'USAP.

22/10/2010

Marty ne sera pas à Toulouse

Mauvaise nouvelle pour l'USAP. Le centre david Marty ne sera pas du choc de samedi au Stadium. Il souffre d'un coup au genou. Côté toulousain, Albacete fait son retour en deuxième ligne aux côtés du Millo-Chluski mais Bouilhou et Lecouls sont forfaits. L'équipe alignée par Guy Novès, elle, est impressionnante à l'image de la première ligne Johnston-Servat-Poux qui sera revancharde après la demi-finale perdue en juin dernier à Montpellier.

Si la troisième ligne catalane jouera sur la hauteur, celle de Toulouse, avec Dusautoir et Nyanga encadrant Sowerby jouera la mobilité. Mais c'est la ligne de trois-quarts qui impressionne. Derrière la charnière Kelleher-Skrela, Jauzion et Poitrenaud seront alignés au centre, Clerc et Delasau aux ailes et Médard à l'arrière.

Ce choc se déroulera dans l'écrin du Stadium à 14 h 15 à Toulouse.

21/10/2010

Du lourd pour aller à Toulouse

usap-paris021.JPG

Une troisième ligne très solide (Tonita, Chouly, Britz) et présente dans les airs, le retour de la première ligne titulaire (Mas, Guirado, Freshwater) qui fait l'objet de "l'admiration" de Guy Novès et la confirmation de la charnière Mélé-Edmonds. Jacques Brunel a comosé la meilleure équipe possible dans l'objectif du choc contre Toulouse (samedi, 14h30) au Stadium de Toulouse.

Malgré les absences de Mermoz, Sid, Olibeau, Tonita, Pérez, il est évident que l'USAP n'a pas l'intention de jouer ce match "petit bras" avant d'entamer une très difficile série qui la conduira à Paris (face au Racing) avant de recevoir Toulon jeudi 5 novembre.

L'équipe : Porical - Planté, Marty, Hume, Candelon - (o) Edmonds, (m) Mélé - Tonita, Chouly, Britz - Tchale-Watchou, Vilaseca - Mas, Guirado, Freshwater.

05/10/2010

Hook et Barcelone : une semaine décisive

defaut_grande.jpg

C'est une semaine décisive qui s'annonce à l'USAP. Concernant l'avenir au poste de numéro 10 d'abord. L'Indépendant révèle que James Hook sera l'ouvreur  des Perpignanais l'année prochaine après la Coupe du Monde. Pas de Dan Carter, donc, qui resterait en Nouvelle-Zélande au nom de l'intérêt supérieur de la patrie, idéalement championne du monde à ce moment-là.

Autre rendez-vous important, mercredi. Une réunion est programmée pour la commission technique du FC Barcelone avec pour objectif de déterminer s'il sera possible de jouer sur la pelouse du Camp Nou face au Racing Metro 92. Au centre de toutes les interrogations, la pelouse. Le calendrier permet-il de jouer un match de rugby ? La moquette du mythique stade barcelonais aura-t-elle le temps de s'en remettre ? de ces questions dépendent la localisation du match : ce sera soit le stade Olympique de Montjuïc, soit le Camp Nou.

Pour finir, samedi, les Perpignanais se rendent à Llanelli pour entamer une campagne en Coupe d'Europe qui suscite bien des espoirs. malgré la présence d'un gros bras -Leicester- les Catalans rencontrent leur habituel adversaire italien (Trévise) et surtout une équipe des Scarlets de Llanelli en perte de vitesse. Beaucoup de choses se joueront donc dès samedi.

03/10/2010

Perpignan court comme un lièvre

the-tortoise-and-the-hare.jpg


Comme le lièvre de la fable, l'USAP ne sait pas profiter de sa vitesse. Souvent auteurs d'un départ canon, les Catalans ont pour spécialité de se faire grignoter leur avance par des adversaires opiniâtres et plus constants qu'eux dans l'effort.

C'est contre Agen, que tout s'est déclenché. Menant 20 à 3 à la mi-temps, les Perpignanais ont vu soudain les Agenais -dont le bilan à domicile est par ailleurs catrastrophique, fondre sur eux en deuxième mi-temps. Ils ont même mené au score 23-20, les coéquipiers de Jérôme Porical étant bien heureux d'arracher finalement un match nul (23-23).

Face à Bayonne, on s'est dit que, finalement, ce n'était peut-être pas si grave. Les Perpignanais ont là-encore largement mené au score (17-3 à la 22e) avant d'être rejoints, menés 25-20 puis de l'emporté 26-25.

Avec La Rochelle, cependant, la tendance est devenue habitude. A la 43e minute, Perpignan avait déjà rempli son contrat, menant 21-3 avec les trois essais du bonus à la clé. Résultat : 21-16, bonus envolé et une occasion d'essai pour La Rochelle dans les dernières minutes qui aurait pu avoir d'encore plus grandes conséquences.

Alors, pourquoi ? Contrairement au lièvre de la fable, le genre de la maison n'est pas à l'arrogance. L'USAP a plutôt tendance a dépenser trop de sueurs que pas assez.

Peut-être un manque de sérénité défensive. Les deux dernières saisons, l'équipe encaissait sans broncher de longue séquences, écoeurant ses adversaires. Les Catalans avaient particulièrement bien assimilé les nouvelles règles. Leur évolution pourrait les avoir perturbés.

Peut-être aussi un usure physique et mentale liée à l'accumulation des blessures. A force de pomper dans les réserves, il n'est pas évident de tenir 80 minutes pied au plancher.

Les difficultés au poste de nuémro 10 qui ont une influence à la fois sur l'organisation défensive et la gestion du jeu.

Pour finir, les ressources morales sont bien là. Ce sont elles qui ont permis à chaque fois de faire la différence en fin de match à Agen, contre le Stade Français et à Bayonne.

02/10/2010

Un bonus ironique

Seize minutes. En la 43e minute et l'essai de Planté et la 59e et celui de Soucaze, l'USAP a tenu entre ses mains le premier point de bonus de sa saison, objectif sinon avoué, du moins évident de son match contre La Rochelle.

Comment les Catalans ont-ils laissé échapper en chemin ce bien si convoité ? Probablement en grande partie sur le plaquage à retardement valant à Henri Tuilagi une expulsion logique. Mais, à ce moment de la partie, La Rochelle avait déjà marqué et revenait dans le match.

A croire que les Perpignanais, cette saison, ne s'expriment que sur le fil du rasoir. Ils avaient fait le bonus en proche après trois essais forts bien construits de Britz, Michel et Planté ? Trop facile ! Leur jeu s'est étiolé, laissant dangereusement revenir La Rochelle. Suprême ironie, les maritimes ont, eux, réussi à arracher le point de bonus, sur une ultime pénalité arrachée à la dernière minute et libérant une joie de vainqueurs.

30/09/2010

Mermoz, Tchale-Watchou et Freshwater préservés

Touchés à des degrés divers mais surtout préservés après avoir beaucoup donné -notamment les avants- Maxime Mermoz, Perry Freshwater et Robbins Tchalé-Watchou ne figurent pas dans le groupe de 23 joueurs appelés à affronter La Rochelle samedi (14 h 30) à Aimé-Giral.

En revanche, l'USAP enregistre les retour de Nicolas Mas, David Mélé, Marius Tincu et Gerry Britz. Un véritable bol d'air pour un groupe décimé depuis le début de la saison et qui aura pour objectif d'arracher enfin un point de bonus, ce qui n'est jamais arrivé cette saison.

Gavin Hume devrait enchaîner au poste de numéro 10 alors de Michel fera son retour aux côtés de Marty au centre, Mélé reprenant sur le banc.

Le groupe : Mas, Bourrust, Pulu, Schsuter, Geli, Tincu, Vilaceca, Britz, Bézian, Chouly, Tuilagi, Tonita, Guiry, Cazenave, Mélé, Bosch, Hume, Marty, Michel, Candelon, Planté, Batlle, Porical

25/09/2010

Première victoire de la saison à l'extérieur

Cette fois le sort a vraiment basculé du bon côté pour l'USAP. Après le match nul plein de regrets d'Agen (23-23), la victoire d'un cheveu face au Stade Français à Aimé-Giral (22-21), les Catalans l'ont emporté une nouvelle fois par une marge très faible (26-25) et pour la première fois de la saison à l'extérieur, sur la pelouse du stade Jean-Dauger de Bayonne.

Deux essais de chaque côté, la pénalité de la gagne par deux fois au bout du pied de Benjamin Boyet, la rencontre a été très serrée. Mais elle est, au final, parfaitement méritée pour l'USAP, auteur d'un super début de match, se déconcentrant ensuite pendant 20 minutes en accumulant les fautes pour finalement retrouver une partie de la maîtrise et de l'organisation défensive qui faisaient sa force la saison dernière pendant la deuxième période.

Maxime Mermoz a été l'auteur des deux essais concluant de belles actions après des ballons de récupération. Jérôme Porical a inscrit 16 points. La mêlée catalane a réussi un bon match et la touche a tenu tête à l'excellent alignement basque.

Mermoz touché. Héros de la rencontre, Maxime Mermoz est sorti à quelques minutes de la fin en raison d'une blessure à l'épaule. Il ne s'agit que d'un coup. Rien de grave.

Vers le haut du classement. Avec 22 points, l'USAP pointe à nouveau son nez vers le haut du classement. Ici le classement.