15/09/2009

La play-list de l'USAP (1)

Ce mois-ici, septembre, le bouclier de Brennus est le thème retenu par Gérard Jacquet pour sa "chanson d'Aqui". Chaque mois, il compose un morceau relié à l'actualité du département. Cela fait donc une chanson de plus à ajouter à la "play-liste" consacrée à l'USAP. L'environnement musical du club catalan est riche et varié même si, finalement, aucun "hymne" ne s'est vraiment imposé.

"L'Estaca" aurait pu être celui-là. La chanson anti-franquiste de Luis Llach s'est imposée dans le club en 1998, l'année du grand tournant. L'idée était d'Alain Teixidor, l'entraîneur de l'époque. Enfant des contestataires années 70, il voyait dans ce "pieu" que l'on arrache tous ensemble un symbole du conservatisme du club qu'il fallait vaincre sur la route du professionnalisme.

La greffe entre la chanson et le public a pris lors d'un historique quart de finale joué à Gilbert-Brutus contre Castres. Depuis, le morceau est "l'hymne officiel" du club mais n'a pas réussi, cependant, à devenir le "Flowers of Scotland" de l'USAP en grande partie parce qu le public n'en connaît qu'assez mal les paroles. Très littéraires, elles sont difficiles à retenir et exigent une bonne maîtrise du catalan. Et puis, la tradition musicale en France n'est pas celle de la Grande-Bretagne ou de l'Italie.

Contemporain, littéraire, identitaire et poignant, l'Estaca partage beaucoup de points communs avec l'hymne écossais, folk song choisi délibérément par le capitaine David Sole. Un chant propre à vraiment filer des frissons à tout un stade. L'arrivée des écrans géants peut être une bonne façon d'enraciner son usage en passant les paroles sous forme de karaoké.

Les paroles de l'Estaca.

12/09/2009

L'Indépendant revient sur les cent jours du Brennus

brennus.jpg

La défaite à Bourgoin peut faire figure de petit Waterloo mais, lundi, cela fera cent jours que l'USAP et son capitaine Nicolas Mas.
L'Indépendant, dont le cahier des sports reprend justement lundi prépare un long retour sur ce 6 juin 2009 au Stade de France, lorsque l’USAP touchait le Graal en devenant Championne de France devant Clermont (22-13).

Avec le temps, les joueurs se sont livrés, ont dévoilé des anecdotes le plus souvent inédites sur ces moments forts. Un exemple parmi d'autres : "Quand les entraîneurs m’ont annoncé que je n’étais pas retenu dans le groupe des vingt-deux, ça été la plus grosse déception de ma carrière. Au coup de sifflet final, j’ai connu ma plus grande joie. On a tous basculé dans la folie. Impossible à expliquer, c’est dedans...", s’épanche le 3e ligne Ovidiu Tonita entre deux trémolos. Cent jours ont passé et, entre nostalgie et souvenirs, les Catalans rassemblent anecdotes et confidences pour raconter le fil d’une journée bouclée en apothéose avec le Bouclier de Brennus dans les bras.
Pour la première fois depuis le titre, Nicolas Mas et ses partenaires se livrent à coeur ouvert.

Un document captivant sur une journée pas comme les autres.

11/09/2009

Grenoble, fin de série

La belle série est finie pour l'USAP. Après trois victoires consécutives, les Catalans se sont inclinés vendredi soir à Bourgoin face à Grenoble 17 à 6, ne ramenant même pas le bonus de ce troisième déplacement de la saison. Les Perpignanais sont apparus trop friables en mêlée et trop émoussés en attaque pour résister à la volonté d'une équipe berjallienne combative et concentrée.

Les hommes de Jacques Brunel se sont éteints petit à petit au cours de la rencontre qu'ils avaient pourtant commencée avec de bonnes intentions. Mais ils ont petit à petit lâché prise dans l'épreuve de force, un essai en contre de Sénio scellant le sort du match.

 

10/09/2009

30 jours d'arrêt pour le soldat Burger

Trente jours de suspension. Philip Burger ne sera requalifié que le 22 septembre prochain après son carton rouge reçu pour "incorrection" (c'est le terme retenu par la commission de discipline) envers monsieur Matheu l'arbitre de la rencontre Montpellier-USAP. Requalifié le 22 septembre, le soldat Burger passera donc cinq matches au total au "trou" : Toulouse, le Racing, Bourgoin et Montauban. Repos !

07/09/2009

Un place de patron (ou de patronne)

RUGBYU-FRA-TOP14-METRO-PERPIGNAN-RUGBYU-FRA-TOP14-METRO-PERPIGNAN-20090906-155037-Photo.jpg

Seul leader du championnat après quatre journées, seule équipe à avoir remporté les trois matches de la "semaine terrible", l'USAP se place en patronne du Top 14. Plus intéressant encore, les Catalans ont obtenu ces résultats avec des équipes très différentes les unes des autres dans leurs compositions, avec un effectif amoindri par les blessures et tout en donnant l'impression d'avoir encore une belle marge de progression. C'est notamment l'avis de Maxime Mermoz qui estime que l'équipe peut-être encore plus ambitieuse.

Les champions de France ont cependant marqué les esprits comme le démontrent la réaction de Pierre Berbizier ou les analyse du web. Rugbyrama a vu un "USAP taille champion" pendant que l'Equipe.fr note que l'USAP était trop fort.

A propos, les titres de ces différents sites posent question. L'USAP doit-il s'accorder au féminin ou au masculin ? Le U de Union est évidement féminin comme le nom de la ville, Perpignan. Les Arlequins sont bien masculins même si une équipe espoir, il y a une quinzaine d'années, avait refusé de jouer avec des maillots style Arlequin commandés par le président de l'époque, un certain Paul Goze. Le sigle USAP est-il devenu un acronyme (sigle pouvant se prononcer comme un nom) suffisamment célèbre pour être écrit au masculin ?

En attendant, l'USAP en champion (comme un champion) est correct alors que "USAP taille champion" pose question. On pourrait dire "taille moyenne" ou, en cas de maillot XXL, "l'USAP était trop forte".

06/09/2009

Précieuse victoire à Paris

Victorieuse à Paris (18-14), l'USAP termine sa semaine de travaux forcés le mieux du monde. Cette première victoire à l'extérieur est la troisième en quatre rencontres avant un déplacement à Grenoble, vendredi soir, face à Bourgoin. A Colombes, les deux essais de Durand et Mermoz ont confirmé les très bonnes dispositions de l'équipe à trouver son salut par le volume de jeu.

Le jeu au pied -de déplacement ou dans les tentatives de but- n'a pas forcément été au même niveau, tout comme une fin de match pas vraiment maîtrisée. Les confirmations viennent de Maxime Mermoz et du surprenant Robins Tchale-Watchou.

 

La fiche technique : A Colombes (stade Yves-du-Manoir), Perpignan bat Racing-Métro 18 à 14
(mi-temps: 11-11) - Spectateurs: 9.730 -     Arbitre: Hervé Dubes (Côte d'Argent)

Pour le Racing-Métro: 1 essai Chavancy (26), 2 pénalités Mehrtens (4, 13),
Fortassin (73)
Pour l'USAP: 2 essais Durand (38), Mermoz (55), 1 transformation Porical
(55), 2 pénalités Porical (28, 34)

Racing-Métro: Ward (Fortassin, 41) - Scarbrough, Gaugau, Chavancy, Vakaola
(o) Mehrtens (m) Fillol - Culine (Lane, 41), Chabal, Leo'o (Qovu, 62) - Nallet
(cap), Dellape (Raiwalui, 57) - Merabet (Baïocco, 41), Diomandé (Noirot, 57),
Lo Cicero

USAP : Porical - Battle, Mermoz, Grandclaude, Candelon - (o) Hume, (m)
Durand - Pérez (cap), Tuilagi (Tonita, 64), Le Corvec - Tchale-Watchou
(Olibeau, 62), Alvarez-Kairelis - Schuster, Tincu (Guirado, 77), Freshwater
(Chobet, 77)

05/09/2009

Brunel et le cas Chabal

RUGBYU-FRA-TOP-ALBI-RACING_METRO---20090815-195623-PHOTO.jpg

Très intéressante l'interview de Jacques Brunel consacrée au "cas" Sébastien Chabal. L'ancien adjoint de Bernard Laporte en équipe de France revient sur le profil atypique de ce joueur : ses exceptionnelles qualités naturelles sur le plan physique -il a toujours fasciné les différents entraîneurs qui l'ont eu dans son effectif- et l'impact psychologique qu'il peut avoir pour l'adversaire.

Il a ses défauts aussi : manque de constance sur 80 minutes et quelquefois d'adresse. Mais il a trouvé un registre qui n'appartient qu'à lui et trouble toujours ses adversaires.

03/09/2009

He's no Goode pour Brive

L'expérience Andy Goode à l'arrière n'a pas été une grande réussite pour le CA Brive battu 21-9 à Aimé-Giral. L'atypique et souvent épatant ouvreur des Wasps n'a pas trouvé ses marques à Perpignan. Pire, il est impliqué sur les deux essais -magnifiques- inscrits par l'USAP et qui ont été les deux fulgurances d'une soirée par ailleurs bien triste.

Sur le premier, anticipant trop sur l'extérieur, il n'a pu revenir après un changement d'appuis diabolique de David Marty qui s'ouvrait une porte plein centre et s'y engouffrait plantant là toute la défense briviste. Sur le second, il perdait au plaquage un ballon récupéré sous une chandelle. David Mélé adressait alors un très long coup de pied vers le drapeau de touche opposé, là où il n'y a pas de couverture. Manas, au prix d'un long sprint, reprenait et aplatissait.


Voilà pour les deux grands moments d'un match décevant et terriblement frustrant. Frustrant par les nombreux en-avant commis notamment par l'USAP (Brive a surtout tenté des chandelles). Une bruine poisseuse avait rendu le ballon glissant et l'atmosphère semblait presque tropicale alors que la sono d'Aimé-Giral balançait la musique du "Pirate des Caraïbes". Frustrant aussi le point de bonus envolé alors que l'USAP comptait deux essais d'avance à la pause (18-9 et un très bon Laharrague au pied).

Mais ce match de milieu de semaine baissait soudainement d'intensité en deuxième période, se terminant même par une distribution de cartons jaunes (à Goode dont ce n'était vraiment pas la soirée et à Britz) et par une grande nervosité des Brivistes remontés contre les décisions de l'arbitre.

 

La fiche technique.

Le compte rendu du match dans l'Indep.

Les réactions.

02/09/2009

A suivre ce mercredi soir

USAP-Brive, ce soir à Aimé-Giral, sera une bonne occasion de suivre la performance individuelle de quelques joueurs des deux camps. On s'attachera donc à suivre avec curiosité :

Damien Chouly : le numéro 8 perpignanais qui croise là son ancien club. Surtout, Damien Chouly a crevé l'écran samedi contre le Stade Toulousain et sait qu'à 24 ans, un avenir international passe par une grosse saison 2009-2010. Joueur de rugby très complet, il a les moyens de ses ambitions.

Andy Goode : la possible reconversion du deuxième meilleur du Top 14 au poste d'arrière est un enjeu important pour le CA Brive. Même si Orquera évoluera au poste d'ouvreur à Perpignan, la présence de Riki Flutey au CAB le contraint à cette reconversion si les Brivistes veulent profiter à plein de son talen au pied. Dominé la saison dernière à Brive lors de son duel avec Dan Carter, il a, de plus, une revanche à prendre face à l'USAP.

Robins Tchale-Watchou : recrue de dernière heure au sein du club catalan, ce deuxième ligne aux qualités physiques impressionnantes est titulaire dès le troisième match de championnat. Il doit bien sûr cette opportunité à la cascade de forfaits qui frappe l'USAP mais qu'importe : à lui de saisir sa chance dans un secteur où l'USAP n'est pas si riche face à la paire Short-Méla équipée pour le combat.

Guillaume Namy : régional de l'étape dans chez les brivistes, ce joueur originaire de Thuir est le fils de Dominique, entraîneur joueur du club de handball thuirinois. Il perpétue une tradition briviste de trois-quarts catalans puisque Laurent Arbo et Farid Sid l'avaient précédé dans les lignes arrière corréziennes. Sans compter un court mais remarqué passage de Philippe Boher en 1994.

01/09/2009

Goode à l'arrière

Andy Goode sera positionné à l'arrière de l'équipe de Brive mercredi soir à Perpignan pendant que Michel sera confirmé, au même poste, côté USAP. Maxime Mermoz forfait, Marty et Hume seront alignés au centre côté catalan où Tchale-Watchoi sera titulaire pour la première fois en deuxième ligne.

 

USAP : Michel - Manas, Marty, Hume, Sid - (o) Laharrague, (m) Mélé - Guiry, Chouly, Britz - Tchale-Watchou, Vilaceca - Pulu, Guirado, Chobet.

Remplaçants : Freshwater, Schuster, Tincu, Alvarez-Kairelis, Cazenave, Battle, Candelon.

BRIVE : Goode - Bianco, Namy, Noon, Agulla - (o) Orquera, (m) Pic - Forgues, Popham, Azoulai (cap) - Méla, Short - Ideider, Ribes, Khinchagichvili.

Match à 20 h 30 à Aimé-Giral