19/04/2011

Toulon-USAP, entre cousins


C'est le vieux débat, souvent très caricatural. D'un côté, il y aurait un Toulon millionnaire, gavé de stars et d'euros, foulant au pied ses "valeurs" et, de l'autre, une USAP vertueuse, cultivant le catalanisme et la formation des jeunes joueurs.

L'affaire Gavin Henson (en vidéo lors d'un show de téléréalité) ne fait, évidemment, qu'accentuer l'opposition. Le jeune playboy gallois, star de la téléréalité est aussi voyant en dehors du terrain que discret dans ses prestations. Il représente parfaitement l'excès dont ferait preuve le boulimique président Boudjellal.

Sauf que... Ce serait oublier un peu vite que l'USAP a connu elle-aussi, les effectifs cosmopolites et les renouvellement du plus du tiers de l'effectif à chaque saison. Que l'USAP a eu son compte de recrutement raté et de gros coups, plus ou moins réussis, de Dan Herbert à Dan Carter.

En fait, ce qui sépare les deux clubs, c'est un petit détail très important : la confiance. Les Catalans ont suffisamment confiance en eux pour lancer leurs espoirs dans le grand bain et cibler au plus près leur recrutement : les derniers exemples comme Coetzee ou Tchale-Watchou en sont l'illustation parfaite.

Toulon, lui, n'est de retour dans une élite que les Perpignanais n'ont jamais quitté que depuis trois ans. La confiance absolue aux "minots", par le passé, a pu coûté cher, notamment lors de la première montée.

Ceci dit, les Toulonnais sont peut-être arrivé précisément au moment où il faut chercher un peu moins de Henson et plus de minots.

Les commentaires sont fermés.