16/01/2011

Brunel : quatre ans, c'est bien

HJ110102USAPBRIVE0333.JPG

A l'exception très particulière de Guy Novès, il est difficile pour un entraîneur, ou un manager, d'envisager faire passer son discours au delà de quatre ans. Souvent même, la limite est à trois saisons.

Le départ de Jacques Brunel pour l'Italie, à la fin de sa quatrième saison à l'USAP n'est donc pas si illogique que cela. Au delà, le discours commence à s'user, les méthodes à s'émousser, la lassitude à s'installer... Le bilan de Brunel, en attendant, est exceptionnel : une demi-finale, une titre de champion et une finale sur les trois premières saisons. Déjà cette saison, il sera très difficile de faire mieux.

En partant en Italie, il s'engage pour un nouveau cycle de quatre ans. Il récupèrera la Squadra Azzurra après le Mondial néo-zélandais et l'emmènera jusqu'à la prochaine Coupe du monde. Un vrai beau défi, dans un rugby latin qu'il connaît et comprend bien et sait rendre efficace. Il l'a montré à l'USAP.

Commentaires

Il s'en va comme il est arrivé : sans faire de bruit et sans bomber le torse ... et pourtant "SON" équipe a remporté le Bouclier de Brennus et participé à une finale. Jacques Brunel a su tirer le maximum d'un effectif et d'un budget moyen. Il a réussi a atteindre l'inaccessible Graal et pourquoi pas cette année imaginer une finale de H-CUP ... On rêve pour lui et pour nous !!! L' avenir de Brunel est en Italie,mais avant son départ, il peut encore nous étonner.Et pendant ce temps, l'USAP avec obstination tourne son regard vers Barcelone et c'est sûrement la seule bonne solution. Chapeau Jacques Brunel,dont le seul défaut est :Une trop grande modestie!

Écrit par : Ripoull Roger | 17/01/2011

Les commentaires sont fermés.