31/12/2010

La polémique de l'année

Entre l'ASM et l'USAP, rien ne va plus. Après la convocation de Jamie Cudmore devant la commission de discipline, Jean-Marc Lhermet, le manager de Clermont avait mis en cause Tuilagi (auquel il reprochait un rafut très appuyé sur Rougerie) et la protection qu'il portait sous le bandage recouvrant sont avant-bas, expliquant que des angles étaient saillants et affirmant qu'il pouvait s'agir d'un protège-tibia (lire ici).

La réponse de l'USAP est arrivée à double détente. Un communiqué du Paul Goze titré "les propos de Lhermet sont grotesques" posté sur le site internet du club et agrémenté de trois photographie de la protection incriminée. Puis une interview très dure sur le site rugbyrama.com.

Quelques morceaux choisis des deux interventions présidentielles ? Nous nous proposons donc de prêter quelques exemplaires de ces protections en mousse aux clermontois et à Jamie Cudmore pour amortir les conséquences de ces gestes intempestifs…. Je préfère en rire même si la position des dirigeants clermontois dans cette affaire est indigne de leur titre de champion de France et ne les grandit pas", dit il sur son site, ajoutant sur rugyrama : "Que les Clermontois arrêtent de jouer les pleureuses, les cris de pucelles effarouchées, ça suffit !"

Bref, c'est la polémique de la (fin) d'année alimentée à la fois par les stéréotypes (les gentils clermontois et les méchants catalans) et par une rivalité sans cesse croissante entre les deux clubs à mesure que les incidents s'enchaînent.

29/12/2010

Une nouvelle affaire Cudmore-Le Corvec

Mise à jour le 30 janvier. Jamie Cudmore a été cité par le délégué vidéo de la rencontre Clermont-Perpignan. La commission de discipline examinera les images -disons le accablantes- de Canal + et le deuxième ligne canadien de l'ASM risquerait 35 jours de suspension.

Entre Jamie Cudmore, le deuxième ligne canadien de Clermont, et Grégory Le Corvec, le troisième ligne toulonnais de l'USAP, ça n'en finit pas. Jacques Brunel a dénoncé au micro de Canal + "l'agression" dont aurait été victime son joueur, agression ayant eu pour effet de l'éliminer du jeu pendant Canale marquait l'essai pour l'ASM.

Au delà de l'incident de jeu, ce qui est navrant, c'est ce nouvel incident entre Cudmore et Le Corvec. Le contentieux entre les deux joueurs remonte à la finale de 2009 et cela fait deux matches de suite au Michelin que Grégory Le Corvec sort du terrain avec le visage tuméfié. Cette fois-ci, les images de Canal + sont particulièrement parlantes : Cudmore balance une terrible manchette à Le Corvec qu'il tient à terre.

L'arbitre n'a rien vu, le jeu s'est poursuivi. Sur les contentieux précédents entre les deux joueurs, c'est ici.

Enfin un point de bonus

usap5.jpg

Enfin ! L'USAP a engrangé son premier point de bonus de la saison en étant battu 22-16 à Clermont. Les Perpignanais ont atteint leur objectif quelques jours avant de recevoir Brive dans un match courageux en défense mais où ils ont manqué de discipline.

L'USAP s'est montrée particulièrement courageuse en défense, parvenant à dresser une muraille face aux vagues clermontoise. A trois reprises, notamment, la défense catalane parvenait à repousser les rushes clermontois. Mieux : l'USAP avait marqué le premier essai par Candelon exploitant habilement un petit cup de pied pour lui-même.

A la pause, les Catalans menaient 13-9 malgré un réel déficit dans la possession de balle. Ils perdaient notamment trois balles sur les renvois plus celui de la deuxième période qui inaugurait une nouvelle et intense période de domination clermontoise. L'essai de Canale était donc logique et récompensait le talent d'un Brock James impeccable chef d'orchestre. Il permettait à l'ASM de mener au score.

Les Perpignanais parvenaient alors, enfin et paradoxalement quand ils furent réduits à 14 par le carton jaune de Charles Gély, à tenir un peu le ballon, restant à portée de bonus. Ils tenaient jusqu'à la dernière seconde, donnant enfin un point de bonus aux Catalans. (Photo de Philippe Rouah)

28/12/2010

ASM-USAP : sur un ring de boxing day

 

usap-paris007.JPG

 

(Mis à jour mercredi à 19 h). Vern Cotter, l'entraîneur de Clermont, tape sur la table. Jacques Brunel, celui de Perpignan, affirme que l'USAP peut l'emporter partout. En Auvergne, la "Montagne" fait sa une sur le coup de gueule de l'entraîneur néo-zélandais exhortant ses hommes à se mobiliser. En Catalogne, l'Indépendant fait de même en revenant sur les ambitions du coach gersois de Perpignan.

Après l'intermède de la Coupe d'Europe et la trève de Noël, l'heure est à la remobilisation chez les finalistes des deux dernières saisons. Il faut évacuer, se remettre immédiatement dans le vif du sujet, ne surtout pas rater la première marche de l'escalier qui mèène à 2011.

Au passage les deux formations s'affronteront pour la onzième fois depuis 2007. Les deux équipes en sont à cinq victoires chacune pour l'instant. Une sorte de "belle"... En attendant la prochaine.

A l'USAP, Nicolas Mas et Ovidiu Tonita obervent leur semaine de repos règlementaire pour les internationaux. Schuster, Guirado et Porical, qui l'avaient fait à Leicester, seront en revanche de retour. Batlle (entorse d'une cheville) est également absent.

L'équipe de l'USAP : Porical ; Planté, Grandclaude, Mermoz, Candelon ; Hume, Cazenave ; Guiry, tuilagi, Le Corvec ; Olibeau, Britz, Pulu, Guirado, Schuster.

A Clermont, Nalaga (laissé au repos), Floch, bien que touché aux adducteurs, est aligné à l'arrière après le forfait de Baby, Parra est remplacé par Sénio mais Jamie Cudmore revient de suspension et Wesley Fofana (excellent au match aller à Aimé-Giral) de blessure.

L'équipe probable de l'ASM : Floch ; Fofana, Rougerie, Canale, Malzieu; James, Senio; Lapandry, Vermeulen, Bonnaire; Privat, Cudmore; Zirakashvili, Paulo, Faure. Remplaçants: Ledesma, Domingo, Ric, Pierre, Lauaki, Radosavljevic, Williams, Russell.

 

 

19/12/2010

L'USAP a fermé un oeil du Tigre

C'est ce match là qu'il fallait faire au Welford Road de Leicester. Serrer tous les boulons : la défense et surtout le conquête, histoire d'empêcher au maximum les Anglais d'enchaîner leurs mouvements. Le match nul (22-22) récompense à la fois l'engagement et la combativité d'une équipe de l'USAP déterminée à ne rien lâcher.

L'essai de Mélé en début de deuxième période répondant à celui d'Alesana Tuilagi a même laissé envisager une victoire. Mais les nombreuses pénalités sifflée par l'arbitre M. Fitzgibbon ont permis aux Tigers de rester dans le match. Pour finir, un carton jaune infligé à Alvarez-Kairelis obligeait les Catalans à terminer le match à 14. C'est comme cela qu'ils arrachaient un match nul "historique" : c'est a meilleure performance de leur histoire en Angleterre.

Au classement : tout se jouera à Trévise. L'USAP pointe à la troisième place du classement (12 points) derrière Llanelli (15 points) et Leicester (13 points). Chacune de ces trois équipes peut espérer engranger 10 points mais deux, au maximum, peuvent y arriver. Le déplacement à Trévise sera décisif : il faudra gagner et si possible, arracher le bonus défensif ce que Llanelli et Leicester ont fait. Dans le même temps, la rencontre Llaanelli-Leicester s'annonce indécise. Enfin, les Catalans affronteront Llanelli à Aimé-Giral pour la dernière journée, décisive.

Encore un match nul. C'est suffisamment rare pour être signalé : l'USAP a signé son troisième match nul de la saison, à chaque fois à l'extérieur. Après Agen et le Racing CF, c'est un nouveau match qui démontre le courage des Perpignanais mais aussi leur difficulté à emporter la décision. Une victoire à Leicester n'aurait pas été volée.

17/12/2010

Leicester sans Flood, l'USAP sans ses internationaux

Les internationaux ne seront pas de la partie dimanche pour le match retour, en Angleterre, du duel Leicester-USAP. Côté anglais, l'ouvreur Tobby Flood n'est pas titulaire dans l'équipe transmise par l'ERC.

L'USAP n'a pas encore annoncée la sienne mais il est déjà certain que Porical, Schuster et Guirado, sont au repos au nom de la récupération obligatoire due aux internationaux. Mermoz fera son retour alors qu'une troisième ligne toute neuve est alignée avec Pérez, Tuilagi et Le Corvec. Rchale-Watchou est mis au repos, remplacé par Alvarez-Kairelis.

L'équipe de Leicester : 15. Geordan Murphy, 14. Scott Hamilton, 13. Matt Smith, 12. Anthony Allen, 11. Alesana Tuilagi, 10. Joe Duffey, 9. Ben Youngs, 1. Marcos Ayerza, 2. George Chuter, 3. Martin Castrogiovanni, 4. Louis Deacon, 5. George Skivington, 6. Thomas Waldrom, 7. Craig Newby, 8. Jordan Crane,

16. Rob Hawkins, 17. Julian White, 18. Dan Cole, 19. Ed Slater, 20. Steve Mafi, 21. James Grindal, 22. Jeremy Staunton, 23. Manu Tuilagi.

 

L'équipe de l'USAP : 15. Joffrey Michel, 14. Farid Sid, 13. David marty, 12. Maxime Mermoz, 11. Adrien Planté, 10. Nicolas Laharrague, 9. David Mélé, 1. Perry Freshwater, 2. Marius Tincu, 3. Nicolas Mas (cap), 4. Rimas Alvarez-Kairelis, 5. Olivier Olibeau, 6. Grégory Le Corvec, 7. Jean-Pierre Pérez, 8. Henry Tuilagi.

16. Charles Gély, 17. Kisi Pulu, 18. Benoît Bourrust, 19. Ovidiu Tonita, 20. Robbins Tchale-Watchou, 21. Damien Chouly, 22. Florian Cazenave, 23. Manny Edmonds.

11/12/2010

L'USAP se retrouve face à Leicester



Le point de bonus défensif arraché par Leicester à Aimé-Giral (victoire 24-19 de l'USAP) n'est pas forcément une bonne affaire pour la qualification des Catalans en Coupe d'Europe. Mais cette victoire est particulièrement utile pour le moral d'une équipe meurtrie par deux défaites consécutives en championnat.

Les Catalans ont donc gagné par 5 points d'écart, un de moins qu'en 2008-2009 au cours d'un match pas parfait -il y a eu pas mal de déchêt technique- mais qui a permis de retrouver l'USAP sur ses qualités.

C'est notamment en fin de première période, sur une série interminable de mêlées que les Catalans ont mis les "Tigres" au supplice, l'affaire se terminant par un essai... d'ailier, Planté étant alerté avec beaucoup de lucidité par un coup de pied de Laharrague.

Les Perpignanais, dans la foulée, ont réussi un très bon début de deuxième période, sanctionné par cinq petits points grâce à un essai de Porical, de retour à son meilleur niveau. La réplique immédiate de Murphy, sur un très bel essai de Leicester, rendait la fin de match difficile mais bien maîtrisée par l'USAP et Porical, auteur de deux pénalités supplémentaires.

10/12/2010

L'USAP fait bloguer

 

OBJ516412_1-1.jpg

 

Les déconvenues de l'USAP alimentent deux blogs consacrés au rugby cette semaine et le débat est plutôt vif. Laurent Bénézech, ancien pilier du XV de France aujourd'hui blogueur, se demande où va Perpignan ? dans un post assez critique. Et le cub catalan trouve un défenseur avec le blog de Mister rugby qui répond assez frontalement à Bénézech sous le titre blogueur contre blogueur, le cas de l'USAP.

Au coeur de la polémique, on retrouve la vieille question de la catalanité. Pour Laurent Bénézech, pas de doute, elle est responsable d'une logique d'enfermement qui explique la mauvaise saison actuelle. "Faux procès", lui répond Mister rugby qui compte six nationalités et huit joueurs non catalans sur la feuille du match contre Castres.

En fait, Bénézech n'a pas tord de pointer le choix stratégique du club, au tournant de l'année 2007 et avec l'arrivée de Paul Goze à la place de Marcel Dagrenat au poste de président. Depuis trois ans, l'USAP a pris un virage à 180 degrés en faisant confiance à sa propre formation. Résultat : il n'a jamais compté autant d'internationaux au point de pouvoir fournir une première ligne complète au XV de France. La réussite des joueurs issus du club est le fait marquant des dernières années usapistes. Elle explique en grande partie le titre de 2009 avec le recrutement de Carter qualifié d'épiphénomène par Bénézech qui n'a rien compris de ce qui s'était passé à l'époque au club.

L'efficacité du choix de la formation est pertinente sur le plan sportif. Mister rugby se fait d'ailleurs une image probablement un peu embellie du soucis des collectivités de voir évoluer des joueurs du cru sous le maillot où est cousu leur logo. Elles soutenaient déjà l'USAP quand celle-ci faisait le bonheur des agents et que ses meilleurs joueurs (Olibeau, Lièvremont(s), Manas, Sid, Arbo, etc...) réussissaient ailleurs.

Bref, ce que Bénézech considère comme un handicap est un formidable atout. En revanche, trois de ses arguments tiennent la route : le rôle qu'à joué Brunel dans la construction d'un jeu plus ouvert, l'erreur de recrutement de cette saison où les postes décisifs de la charnière ont été trop délaissés et la difficulté du club à rentabiliser son titre. Nous l'avons déjà écrit ici, tout se concentre dans la même saison essentiellement en raison d'un choix stratégique : attendre l'après Coupe du Monde pour lancer les grandes opérations de transferts.

Les Catalans comptaient probablement sur leur habituelle robustesse pour passer cette saison et ce n'est pas ce qui est en train de se passer. Cette équipe a évolué depuis deux ans et ne peut plus se permettre, comme avant son titre, de se reposer sur ses traditionnelles valeurs de combat. Laurent Bénézech et les dirigeants ont peut-être commis la même erreur d'appréciation : l'USAP a évolué beaucoup plus profondément qu'ils ne le pensent.

En illustration, une photo exceptionnelle d'Harry Jordan parue dans l'Indépendant de cette semaine.

Et en prime parce que c'est vous, la composition des équipes pour USAP-Leicester (14h30 samedi à Aimé-Giral.

USAP : 5. Jérôme Porical, 14. Adrien Plante, 13. David Marty, 12. Joffrey Michel, 11. Julien Candelon, 10. Nicolas Laharrague, 9. David Mele, 1. Perry Freshwater, 2. Marius Tincu, 3. Nicolas Mas, 4. Olivier Olibeau, 5. Robins Tchale Watchou, 6. Bertrand Guiry, 7. Ovidiu Tonita, 8. Damien Chouly,
16. Guilhem Guirado, 17. Jérôme Schuster, 18. Kisi Pulu, 19. Gerrie Britz, 20. Henry Tuilagi, 21. Jean-Pierre Perez, 22. Florian Cazenave, 23. Farid Sid.

Leicester : 15. Geordan Murphy, 14. Scott Hamilton, 13. Matt Smith, 12. Anthony Allen, 11. Alesana Tuilagi, 10. Toby Flood, 9. Ben Youngs, 1. Marcos Ayerza, 2. George Chuter, 3. Dan Cole, 4. Louis Deacon, 5. George Skivington, 6. Thomas Waldrom, 7. Craig Newby, 8. Jordan Crane,
16. Rob Hawkins, 17. Pete Bucknall, 18. Martin Castrogiovanni, 19. Ed Slater, 20. Steve Mafi, 21. James Grindal, 22. Jeremy Staunton, 23. Manu Tuilagi.

06/12/2010

Une saison de perdue, un 10 de retrouvé

Rien n'y fait. Ni le discours du président, ni les paroles mobilisatrices des joueurs, ni les appels des entraîneurs. Battu à Castres (23-13), l'USAP n'arrive pas à confirmer ses deux dernières saisons. Premier puis deuxième club français en 2009 et 2010, Perpignan est embourbé à la dixième place du classement et grille ses jokers les uns après les autres. Au point que sa qualification pour l'Europe est désormais fortement incertaine.

Le groupe apparaît usé. Par les saisons précédentes, les blessures à répétition et en raison d'une charnière qui n'arrive pas à rassurer l'ensemble. Tout se passe comme si le club vivait une saison de transition passablement éprouvante.

Car, paradoxalement, l'USAP s'agite dans la coulisse. Le retour de Dan Carter est plus qu'une hypothèse, James Hook est annoncé depuis un petit bout de temps et des noms de "cracks" comme pilier anglais Andrew Sheridan ou le deuxième ligne gallois Jonathan Thomas circulent avec insistance. (Plus de détails ici)

Bref, tout se passe comme si le club avait depuis le départ décidé de viser l'objectif 2011, pensant traverser cette saison sans trop de dégâts. Mais le niveau du Top 14 s'est relevé, la cascade de blessures a pesé sur les épaules perpignanaises et la saison semble bien plus mal engagée que prévu. Alors une saison de perdue et un 10 de retrouvé ?