27/05/2010

L'USAP gagne à être connue

USAP03.jpg


Pas assez reconnue l'USAP ? On se souvient que Jacques Brunel, au soir de la victoire en finale du 6 juin 2009 avait eu une réaction dans le genre "Aimé-Jacquet". Il estimait que son équipe n'était pas jugée à sa juste valeur et ne bénéficiait pas, dans les médias, de l'intérêt que ses performances méritaient.

Un an plus tard, la situation est quasiment la même. Elle a probablement même empiré compte tenu de l'absence de Dan Carter qui a lui seul avait assuré 80 % de la médiatisation du club. Et ce malgré le standing nouveau de l'USAP : champion en titre, premier de la phase régulière, vainqueur du champion d'Europe en demi-finale et avec un capitaine qui vient de réussir le Grand Chelem en étant sacré meilleur pilier droit d'Europe.

N'empêche, au plan national, les médias ont du mal à "accrocher" sur l'USAP. Pour des raisons peut-être pas toujours mauvaises : pas assez d'internationaux (Toulouse, Paris, Clermont en comptent beaucoup plus), manque d'une personnalité hyper-médiatique style Blanco, Boudjellal ou Saint-André, performances décevantes en Coupe d'Europe ces dernières saisons, éloignement géographique conjugué à une identité peu connue...

Mais surtout, l'équipe repose sur des valeurs un peu hors d'âge. Le primas du groupe sur l'individu, le recrutement local, la combativité comme première vertu... Pour comparer avec le foot, c'est un peu comme si les Verts de Saint-Etienne de la grande époque (on parle ici aux plus vieux) se retrouvaient en Premier League aux côtés du Chelsea d'Abramovich, de Manchester et d'Arsenal.

L'USAP fait un peu trop seventies ? Oui mais elle gagne quand même à être connue.

Allez, un petit karaoké pour finir...

Commentaires

J-2 !!!
Va être reconnue !

Écrit par : gene | 27/05/2010

Les commentaires sont fermés.