24/05/2010

Embrouillamini, embrouilles à miner

LE CORVEC2.JPG


Pour les amateurs d'embrouilles, la finale USAP-Clermont est riche de promesses. Comme cela arrive souvent lorsque deux rivaux se croisent un peu trop souvent lors de matches importants, les petites embrouilles et grosses polémiques se sont accumulées au fil des rencontres pas toujours très romantiques pour constituer une petite armée de "cadavres dans les placards".

La situation rappelle par exemple l'ambiance électrique entre Biarritz et le Stade Français qui, au milieu des années 2000, avait eu besoin d'une belle bagarre en finale pour crever l'abcès. On se souvient aussi qu'entre Perpignan et Paris (déjà), la fin des années 90 et le début des années 2000 avaient été marquées par quelques grosses affaires, du coup de poing de Marc Lièvremont sur Serge Simon à la blessure du même Simon quelques mois plus tard à Aimé-Giral jusqu'à l'envahissement du terrain lors d'un quart de finale à Colomiers.

Entre Clermont et l'USAP, a rivalité remonte à la finale de l'an dernier. Deux incidents majeurs : la blessure à l'épaule du pilier Martin Scelzo lors d'une entrée en mêlée sans concession et le coup de point de Le Corvec sur Cudmore lors du même match. A Aimé-Giral, au match retour, le même Cudmore écopait d'un carton rouge pour une charge à retardement sur Pérez, Tchalé-Watchou étant ensuite suspendu pour avoir joué les justiciers. Enfin,à Clermont, Le Corvec retrouvait Cudmore pour une suspension de 40 jours après avoir été accusé d'une fourchette par le délégué du match et non sans avoir encaissé un solide bourre-pif de la part du Canadien.

Comme l'arbitre, monsieur Berdos, a été au coeur d'une polémique lors du barrage entre Clermont et le Racing, cette finale promet d'exciter au moins les imaginations, les deux équipes ayant peut-être d'autre choses bien plus importantes à régler pour conquérir le Brennus. Comme le chantait Bobby Lapointe, sont-elles de nature ces embrouilles à miner la finale ?


Les commentaires sont fermés.