20/02/2010

L'USAP n'est plus leader après sa défaite à Montauban

L'USAP perd sa place de leader. Battu par Montauban 16-13, l'USAP perd sa place de leader. Castres, auteur d'un précieux match nul 24-24 au Racing (peu à l'aise contre les "gros") et Montferrand large vainqueur d'Albi (45-18). Le point de bonus permet aux Catalans de rester "au contact" mais la lutte sera chaude pour les deux places directement qualificatives pour les demi-finales.

Un retour d'indiscipline. Comme à Bayonne mais, cette fois-ci avec des conséquences au score, les Perpignanais ont une nouvelle fois été sanctionnés de deux cartons jaunes infligés à Freshwater et Hume. L'indiscipline semble s'installer, empêchant les Perpignanais, qui n'ont pas pu faire la course en tête après un essai de Jahoueren début de match, de revenir au score.

Un calendrier néanmoins favorable. Les Perpignanais restent, malgré cette défaite, dans une position favorable. Condition indispensable : faire le point à domicile contre Biarritz, les Stade Français et Albi. Les trois prochains déplacements à Clermont, Castres et Toulon ne s'annoncent pas de tout repos.

18/02/2010

A la sauce catalane

public.jpeg

L'équipe est en stage à Sant Cugat. En 1998, déjà, les Perpignanais avaient utilisé les installations olympiques de Sant Cugat pour se préparer. Ils y sont retournés cette fois encore. Paul Goze a décidé de profiter de l'occasion pour faire un geste en direction des médias locaux. Douze ans après, il est vrai que l'on n'a pas vraiment l'impression que l'ouverture "sudiste" de l'USAP ait débouché sur grand chose.

Une jeune catalan du sud au centre de formation. Si, il y a du concret. Hector Garcia, 17 ans, demi-de-mêlée ou ouvreur, vient d'intégrer l'équipe espoir de l'USAP. Ce joueur arrive de la Santboiana, l'équipe la plus régulière au meilleur niveau dans le championnat espagnol. C'est la formation de Sant Boi de Llobregat, dans la banlieue de Barcelone. Jusque là, la stratégie usapiste s'était orientée vers le BUC (Barcelone université club) rebaptisé USAP et un peu vers la section rugby du Barça.

Journée de la catalanité. La rencontre USAP-Biarritz a été choisie pour la "journée de la catalanité". Face au club basque, le club catalan veut mettre en avant les couleurs "Sang-et-or". L'info la plus importante concerne la signature d'un partenariat avec la plupart des clubs catalans.

Bref, douze ans après les grands projets de 1998, l'USAP semble vouloir réviser sa stratégie vers le sud. Axée jusqu'ici sur la recherche de partenaires et la visibilité médiatique (partenariat avec TV3, serpent de mer du match à Montjuïc), le club s'oriente plutôt vers un travail de terrain et une présence plus concrète dans le tout petit monde du rugby de catalogne du sud. Plus modeste mais peut-être plus réaliste, surtout en ces temps de crise.

14/02/2010

La mêlée, la mêlée et la mêlée...

photo_1266085461993-1-1.jpg

"Dans le commerce, on dit que l'important c'est 1. L'emplacement, 2. L'emplacement et 3. L'emplacement. En rugby, c'est 1. La mêlée, 2. La mêlée, 3. La mêlée". Bernard Laporte, auteur de cette sentence, a toujours eu le sens du commerce, de la formule et un goût immodéré pour la mêlée.

Après deux matches du XV de France dans le Tournoi 2010, l'équipe de Marc Lièvremont, beaucoup plus retenu dans son discours, montre qu'il n'est pas moins conscient de ces priorités.

Sa mêlée est très solide et, comme par hasard, la troisième ligne (fantastique Harinordoquy) et la charnière (Parra et Trinh-Duc) brillent.

Clé de voute de la structure, le pilier droit Nicolas Mas confirme à l'Indépendant les bonnes sensations du cinq de devant tricolore. En toute logique, il devrait disputer un troisième match consécutif au Pays-de-Galles. David Marty, qui a joué les utilités à l'aile, devrait également figurer dans un groupe où s'affirme le duo Jauzion -Bastareaud.

Le groupe vainqueur contre l'Irlande a été intégralement reconduit contre le Pays-de-Galles. Nicolas Mas et David Marty ne joueront donc pas le match Montauban-USAP de ce week-end.

12/02/2010

Errea change la ligne de l'USAP : plus de photos

Le sujet du dernier USAP-Mag consacré à l'équipementier Errea, qui élabore en Italie la nouvelle ligne de l'USAP, a intéressé les lecteurs. nous publions ici le "bonus" du reportage paru jeudi avec les photos non parues des études d'Errea.

Attention cependant : il ne s'agit que d'études. Le résultat finale peut-être sensiblement différent.

GG.jpg

Tongs, bonnets et USAP... Mer, montagne et rugby.

BB.jpg
Maillots jaunes et shorts rouges.

CC.jpg
Le logo et la marque : étude sur ordinateur.

EE.jpg








Ci-contre et ci-dessous, le maillot griffé : la classe à l'Italienne









FF.jpg


11/02/2010

A la vôtre

L'USAP ne joue pas mais s'occupe quand même de nous. Paul Goze annonce l'ouverture d'un USAP café en plein centre-ville, quai Vauban. A l'emplacement de l'ancienne brasserie ouverte là par Jean-François Imbernon, il y a effectivement l'occasion de créer l'endroit "rugby" qui manque un peu au centre-ville de Perpignan. La brasserie Imbernon était indiquée dans les guides anglais, sur le net ou ailleurs, comme "a place to be". Forte affluence à prévoir pour les matches de Coupe d'Europe et... des Dragons catalans. Faudra s'assurer de l'abonnement Sky TV pour le XIII...

Dans le même ordre d'idée, sort aujourd'hui, avec l'Indépendant, le numéro 5 d'USAP mag revient sur ces lieux où vit l'USAP. Deux bistrots y sont signalés : le Régent de Christophe Porcu, à Torreilles et le célébrissime, indispensable et indéboulonnable Foulon, quartier Saint-Assiscle, à Perpignan.

A faire la tournée des bars, il faut faire un petit tour par le "bar and Britz", place de la République, tenu par le mythique deuxième ligne des années 90, Barend Britz, sud-africain installé ici.

Dernier petit clin d'oeil concernant les ouvertures d'établissement : Manny Edmonds préparerait l'ouverture d'un café pour son retour et sa reconversion dans les P.-O., un endroit à l'anglo-saxonne, style franchise, priorité café et chocolats chaud. C'est bien aussi après un match.

08/02/2010

Tournoi et Usapistes

Deux Catalans ont participé au premier match du tournoi des VI nations du centenaire. Nicolas Mas a joué un peu plus d'une mi-temps alors que David Marty a participé à la fin du match en remplacement de Mathieu Bastareaud, auteur des deux essais de la partie.

Nicolas Mas a accompli avec efficacité son boulot de pilier droit. Comme presque toujours face à l'Ecosse, c'est devant , notamment en mêlée, que les Français ont mis au supplice le pack écossais, traditionnellement beaucoup trop léger. Du bon travail, en grande partie anonyme pendant que Domingo, côté gauche, se révélait et confirmait que la France, décidément, se débrouille toujours pour sortir de grands piliers.

David Marty est forcément resté dans l'ombre de Bastareaud. Très attendu pour son retour en bleu après les bleus d'Auckland, Mathieu Bastareaud a forcément marqué les esprits en inscrivant les deux essais français. Marty joue au même poste que lui, deuxième centre, comme le confirme le remplacement opéré par Marc Lièvremont. Grosse concurrence en vue donc pour Marty. Mais ça n'a jamais été facile pour le Catalan en équipe de France et il est toujours là, avec la confiance de son entraîneur.

Maxime Mermoz profitera-t-il du Tournoi ? Difficile de ne pas penser qu'un duo Mermoz-Bastareaud, très complémentaire sur le papier, intéresse l'encadrement du XV de France. Le centre catalan, actuellement blessé, peut-il revenir avant la fin de la compétition ? Lui l'espère mais le calendrier très serré risque de l'en empêcher. Son retour en championnat pourrait intervenir le 20 février contre Montauban. La France se déplace au Pays de Galles le vendredi suivant (le 26). C'est court.

 

06/02/2010

L'USAP nouveau leader du top 14

L'USAP redevient leader. En l'emportant 30 à 13 sur la pelouse du stade Jean-Dauger, les Catalans ont parfaitement profité de leur match en retard à Bayonne. En prenant le bonus offensif à la dernière seconde, grâce à un essai de Christophe Manas, ils rejoignent Castres en tête du Top 14 avec 60 points. Au goal-average individuel, l'USAP est leader du Top 14.

Bay.jpg

L'USAP a fait une très grosse impression pendant 50 minutes. L'autre -très- bonne nouvelle de cette rencontre, c'est bien sûr la formidable impression de maîtrise produite par l'équipe catalane pendant 50 minutes. Organisés, puissants, intelligents et même à l'occasion talentueux, les Perpignanais ont démontré leur capacité à se mobiliser sur un match important et à retrouver un niveau de jeu impressionnant. Ils ont marqué trois essais grâce à Adrien Planté (excellent et deux fois à la réception de petits coups de pied de Laharrague) et Porical. Très rassurant au moment d'aborder la fin de la saison.

Indiscipline et déconcentration sont les mamelles d'une fin de match étouffante. Les Perpignanais ont cependant connu un gros temps faible. Menant presque trop tôt au score, ils se sont déconcentrés, ont été indisciplinés (deux cartons jaunes à Pérez et Bourrust), encaissant un essai et résistant à quelques situations très chaudes devant leur ligne. Finalement, ils ont profité d'une fin de match désespérée de Bayonne pour inscrire l'essai du bonus par Manas après la sirène.

03/02/2010

Transfert avec...

 

USAPBOURBOIN13.jpg
Le petit jeu de poker menteur lié à la période des transferts peut-il influencer le grand jeu sur le terrain ? Prenons le cas du match Bayonne-USAP de ce vendredi. L'USAP devrait aligner au stade jean-Dauger une charnière Durand-Laharrague qui n'est pas sûre de rester au club la saison prochaine. Nicolas Durand est annoncé avec insistance du côté du Métro-Racing alors que Nicolas Laharrague est en fin de contrat et sait son sort étroitement lié au recrutement perpignanais.


C'est là que les choses deviennent savoureuses : son adversaire direct de jeudi dernier, le Berjallien Benjamin Boyet, est le principal favori pour lui succéder. Mais Boyet n'intéresse pas que Perpignan. Bayonne est aussi sur les rangs et il semblerait même que le club basque ait pris comme une petite avance sur le Catalan. A condition, bien sûr, de se maintenir, sachant que le match contre l'USAP est décisif.


Bien sûr, on mélange ici les torchons et les serviettes. Le terrain, la plupart du temps, arrive à se protéger de ces influences. Sans être pourtant totalement étanche. L'élément de stabilité, en fait, c'est le groupe. Rien n'est plus dangereux pour l'équilibre d'un groupe que de laisser trop de joueur dans l'incertitude. Cela place le président en position de force pour négocier d'homme à homme mais trop de joueurs sous pression pendant trop longtemps, c'est mauvais pour l'équipe. La vague de renouvellement qu'a connue l'USAP stabilise le groupe qui peut donc supporter quelques incertitudes.


Le plus bel exemple, dans ce domaine, remonte à la saison 1999-2000 lorsque Fred Bénazech, déjà recruté par Agen, avait réussi l'un de ses plus grands matches contre son futur club pour un huitième de finale au Stade de la Méditerranée.
Cette référence fait ancien combattant ? Non ? Oui, un peu...