28/01/2010

Toujours patrons à la maison

Toute série qui se prolonge tendant vers sa fin, l'USAP a encaissé contre Bourgoin son premier essai à Aimé-Giral depuis le 15 août. L'essai de Senio à la 19e minute, après une très belle accélération de David Janin passé une saison par l'USAP, est donc un petit événement. D'autant que Coux, en toute fin de match, a également inscrit un essai récompensant la combativité d'une équipe barjalienne toujours volontaire bien que très largement dominée devant.

Car l'USAP a largement gagné (49-20), inscrivant six essais par Marty, Michel (2), Tuilagi, Manas et Guirado. Cela leur assure le point de bonus offensif et donne un total de 11 essais sur les deux derniers matches de championnat à Aimé-Giral. L'USAP occupe désormais la quatrième place avant un déplacement vendredi à Bayonne qui s'annonce difficile face à des Basques regonflés après leur derby victorieux contre Biarritz (15-0).

27/01/2010

Quatre matches et on ferme

JLB-USAP-TOUL017.jpg

Le temps passe, la saison s'enchaîne, la Coupe d'Europe succède au championnat, le Top 14 à la H-Cup et voilà qu'on se réveille le 28 janvier face à une drôle de réalité : la réception de Bourgoin est le premier des quatre derniers matches de la saison à Aimé-Giral. Restent à venir Biarritz (le 12 ou le 13 mars), le Stade Français (le 26 ou le 27 mars) et Albi le 24 avril et après, on ferme.

Normalement, à cet instant de la saison, commencent les grosses affiches à Aimé-Giral, les chocs décisif. Là, c'est quasiment fini. Le championnat se termine tôt cette année pour permettre au XV de France de partir en tournée et le calendrier propose cinq déplacements aux Catalans  : Bayonne, Montauban, Clermont, Castres et Toulon.

Il y a cependant un cas de figure loin d'être hypothétique qui offrirait un match supplémentaire à domicile. Si l'USAP termine 3e ou 4e du Top  14, elle disputera son barrage à Aimé-Giral.

N'empêche, autant profiter de la venue de Bourgoin, même si c'est jeudi.

 

22/01/2010

L'Europe, c'est fini

L'USAP a terminé sa campagne européenne comme elle l'avait commencée. Face à Trévise. Une victoire pour l'honneur puisque l'USAP  était déjà éliminée depuis longtemps, les Catalans ayant perdu le match aller.

Les Italiens du Benetton ont fait de la résistance pendant une mi-temps avant de lâcher face aux attaques appliquées des Catalans. Score final : 34-6 et 5 essais pour l'USAP et pas grand chose d'autre à dire.

20/01/2010

Tournoi : du grand classique - Tchalé-Watchou n'est pas sélectionnable

JLB-USAP-BRIVE-8.jpg

Le Tournoi des VI Nation est une institution vénérable qu'il convient certainement de ne pas brusquer. Marc Lièvremont, en tout cas, a décidé de remettre à plus tard d'éventuelles nouveautés rappelant Bastaraud, Elissalde ou  Rougerie pour renforcer son équipe.

Côté Perpignanais, le classicisme est donc aussi de mise. Nicolas Mas est bien évidemment convoqué tout comme David Marty auquel Marc Lièvremont fait confiance. Maxime Mermoz, blessé, devra d'abord rejouer en club alors que Jérôme Porical n'a pas été convoqué.

Robbins Tchalé-Watchou, en effet, n'est pas sélectionnable. Les archives du Board sont implaccables et indiquent que le deuxème ligne camerounais a joué un match qualificatif pour la Coupe du monde 2007 face au Sénégal. Du coup, il ne peut porter le maillot de l'équipe de France.

Une éventuelle sélection en bleu dépendra pour Porical des premiers résultats dans le Tournoi -si tout va bien, la porte se fermera certainement assez vite- puis, surtout, de la fin de saison de l'USAP puisque le jeune arrière dispose d'un profil intéressant pour une tournée.

Clémence pour Schuster. Convoqué par la commission de discipline de l'ERC pour un coup de tête sur un joueur du Munster, Jérôme Schuster s'en tire avec deux semaines de suspension et autant de matches : les réceptions de Trévise en Coupe d'Europe et de Bourgoin en championnat. Cela aurait pu être pire.

19/01/2010

Off the Hook

Les Ospreys ne répondent plus. Comme dans la chanson des Rolling Stones, le combiné est décroché (Off the Hook) et James Hook ne prendra plus les appels de l'USAP, bloqué par la fédération galloise. L'Indépendant en parle. Après Juan Martin Hernandez, voilà un deuxième abonné qui ne répond plus au numéro 10 demandé.

L'USAP, vous l'aurez compris, cherche donc un demi d'ouverture et s'intéresserait à Benjamin Boyet, lequel serait déjà en ligne du côté de Bayonne. Mais les Basques ne sont pas assurés d'être dans l'élite la saison prochaine. Une suggestion : le numéro 10 du voisin montpelliérain , François Trinh Duc. Qu'est-ce qu'on risque à passer un coup de fil.

(Bon, vous l'aurez compris l'idée de ce post, c'est bien plus de mettre en ligne une vieille vidéo des Stones que d'entretenir la feuilleton sur le futur 10).

17/01/2010

XV-XIII et l'os à moëlle

pdac3.gif

C'est une super trouvaille que l'on doit au "blog un peu de Guingois", consacré, entre autre, au rugby. Un article de la revue de Pierre Dac "l'Os à moëlle" de 1938 à 1940. Inspiré par la guerre XV-XIII qui battait son plein à l'époque, il rend compte de façon absurde de la rencontre entre Roanne et Bordeaux XIII où venait juste d'être transféré le Catalan Jep Desclaux dont la valeur était évalué par la revue à 715 francs le kilo, laquelle se proposait également de mesurer la longueur du nez du président de Perpignan.

Bonne lecture ici.

 

La pire de toute

Battue voire humiliée 34 à 0 à Norhtampton, l'USAP boucle comme on termine une corvée sa campagne européenne 2009/2010. Les champions de France ont accompli au passage leur pire performance dans cette compétition. Comme une caricature des précédents éditions, le bilan des Catalans inspire plus de tristesse que de colère : ils n'arrivent pas à atteindre leurs objectifs alors même qu'ils n'ont jamais galvaudé cette compétition.

Les mêmes défauts se retrouvent année après années : d'abord une incapacité à se montrer digne de son standing face aux "petits", notamment les clubs italiens pourtant régulièrement "servis" aux Perpignanais ces dernières saisons.

Non seulement, ils n'en profitent pas mais, au contraire, entament une course à handicap contre les adversaires anglo-saxons en ne prenant pas le bonus ou pire en perdant comme cette saison face aux Italeiens. Autre constance : l'indiscipline, qui explique en partie la défaite au Munster et risque de coûter cher à Schuster. Le dernier point est la conséquence du précédent : une vraie difficulté à s'imposer à l'extérieur.

Finalement, la défaite à domicile à Aimé-Giral face au Munster et avec une composition d'équipe étrange n'est pas le moment le plus important de cette saison européenne ratée l'année où il faut honorer un titre de champions.

16/01/2010

Northampton-USAP : les équipes

Voici la composition des équipes pour le match (sans enjeu) de H-Cup entre Northampton et l'USAP dimanche çà 16 heures.

Northampton : Foden - Ashton, Clarke, Downey, Reihana - (o) Geraghty, (m) Dickson - Dowson, Wilson, Lawes - Kruger, I. Fernandez-Lobbe - Mujati, Hartley (cap), Tongauiha.

USAP : Burger - Sid, Manas, Hume, Planté - (o) Meyer, (m) Cazenave - Pérez (cap), Le Corvec, Guiry - Alvarez-Kairelis, Vivalda - Bourrust, Guirado, Chobet.

Remplaçants à Northampton :  Sharman, Waller, Vickers, Day, Best, Dickens, Myler, Mayor. A l’USAP : Geli, Pulu, Schuster, Tchale-Watchou, Parent, Mélé, Laharrague, Michel.

Arbitre : M. Rolland.

La mort de Noël Brazès

Brazes.jpg

Noël Brazès est mort samedi matin. Il était un joueur de légende de l'USAP, dont il avait porté les couleurs de 1935 à 1942 et de 1946 à 1952. Trois-quart centre ou arrière, il a été sacré champion de France en 1938 face à Biarritz. Ce jour-là, il inscrit deux essais dont un essai resté légendaire, effectuant une feinte de passe pour son coéquipier André Abat avant de s'en aller marquer seul.

Né le 18 décembre 1920, Noël Brazès a vu sa carrière, qui aurait dû se poursuivre sous le maillot bleue de l'équipe de France, être interrompue par la guerre. Mais son implication à l'USAP restera totale puisqu'il fut entraîneur en 1959-60 et président de 1975 à 1979. Il était le fils d'Edmond Brazès, intellectuel et poète et le père de Marc, président de 1984 à 1987 et grand père de Benoît, journaliste puis responsable de la communication du club à partir de 2007.

A toute la famille, nous adressons nos condoléances.

13/01/2010

Et pourquoi pas Porical ?

JLB-DIAPO-HARRY021.JPG

Robbins Tchalé-Watchou en équipe de France ? Depuis que le deuxième ligne de l'USAP a dominé Lionel Nallet -et de quelle manière- lors de la réception du Metro-Racing, l'éventualité de sa sélection est évoqué par Marc Lièvremont lui-même. Appelé pour le Tournoi, il pourrait se flatter de vivre une ascension fulgurante qui n'est cependant pas une garantie de réussite. Un envol en tournée après, par exemple, des phases finales réussies serait une façon plus progressive d'aborder le haut niveau que le Tournoi, avec ses matches piège et son énorme impact médiatique.

Un Jérôme Porical semble, lui, plus mûr pour se tester dans le grand bain. Il joue depuis plusieurs saison au haut niveau, réussit très régulièrement de très bonnes productions contre les grosses équipe et il évolue à un poste où les certitudes ne sont pas très nombreuses, surtout depuis la blessure de Traille. Sans compter que Jérôme Porical est buteur. Avec lui, Marc Lièvremont multiplie ses possibilités puisqu'il est plus tenu par l'obligation d'un demi-de-mêlée buteur.