05/10/2009

Ce qui manque dans la valise

suitcase.jpg

Parlons valise. Celle que l'on emporte lorsque l'on part en voyage. En rugby, elle n'a bizarrement d'importance qu'au retour. Si on la ramène "pleine", c'est très mauvais. Cela veut dire revenir à la maison en surcharge. On imagine le vieux bagage, craquant de partout. Un simple pression sur le fermoir et un torrent, retenu tant bien que mal au fond du bus sur la route du retour, se répand à la maison, sur le parquet.

Souvent meurtris par son expérience (car, en général, on ne prend pas que des points lors d'un mauvais déplacement), le voyageur doit, à sa grande honte, faire le compte des essais, des pénalités, des drops, encaissé loin de chez lui et qui sont là, étalés devant tout le monde.

C'est ça, "une valise". Et s'il se dit également que l'équipe "chargé", dans les deux cas, l'idée c'est de partir léger et de revenir beaucoup plus lourd.

N'empêche, qui voyage prépare un minimum ses bagages, action beaucoup moins innocente qu'on ne le pense. Par exemple, l'état d'esprit n'est pas le même si on emporte un costume ou un bermuda, un annuaire professionnel ou des adresses de boîtes de nuit.

Bref, l'important n'est pas la valise que l'on ramène mais celle que l'on prépare. Et l'USAP, cette saison, donne l'impression d'oublier à chaque fois un petit truc qu'elle pensait toujours à apporter la saison dernière et qui donnait à ces matches à l'extérieur une impression de solidité et de densité qu'ils n'ont plus cette année.

Donc l'USAP oublie quelque chose. Quoi ? Peut-être qu'à Trévise, si près de Venise, elle réapprendra à (bien) se déplacer. Le célèbre voyage en Italie...

Les commentaires sont fermés.